Météo-Contact
« Partageons ensemble le temps de demain »

Ça ressemble à quoi une France + 4 degrés ?


Dans une interview accordée à Franceinfo en février 2023, le ministre de la Transition écologique, Christophe Béchu, affirme « qu’il faut préparer » une France à +4 degrés de réchauffement. Pourquoi une telle déclaration est une énorme bombe, tant les conséquences d’un niveau de réchauffement aussi élevé seront importantes. Voici en détails à quoi pourrait ressembler la France dans ce scénario.

 

Ça ressemble à quoi une France + 4 degrés ?

Ça ressemble à quoi une France + 4 degrés ? | ShowYourStripes & Météo-Contact

 

Dans cet article, vous verrez la projection d’une France à +4 degrés de réchauffement d’ici 2100. Pour déterminer ce scénario, nous nous sommes appuyés sur les différents rapports du GIEC. Ainsi que de plusieurs revues parues dans Carbon Brief.

Lorsque l’on parle d’un réchauffement à +4 degrés, il s’agit d’un réchauffement au niveau de la métropole française, et non un chiffre représentant le globe en entier.

Il est important de rappeler que l’Europe fait d’ailleurs partie des régions qui se réchauffent le plus rapidement d’après l’OMM. Une France réchauffée donc à +4 degrés est un scénario dit « modéré », et ne représente pas la totalité du monde.

 

 

Pourquoi certaines régions vont devenir invivables pour l’homme ?

 

Canicules, sécheresses, et événements extrêmes en cascades

 

Le pourtour méditerranéen est une région particulièrement vulnérable au changement climatique, plus globalement le Sud du pays. Les précipitations estivales pourraient y diminuer jusqu'à 30 % dans le Sud-Est, réduisant la quantité d'eau disponible. Les sécheresses pourraient durer 10 mois autour de l’arc méditerranéen, ce qui aurait des conséquences dramatiques sur les secteurs agricoles, industriels et domestiques.

 

Chaque degré d'augmentation compte

Chaque degré d'augmentation compte | Météo-Contact

 

Les canicules deviendront plus fréquentes, plus intenses et plus longues. La tristement célèbre canicule de 2003 aurait la possibilité de se produire quasiment chaque été, devenant donc la norme. Puisque le nombre de jours « anormalement chauds » penchera vers une augmentation sur l’ensemble du territoire. Notons que les vagues de chaleur sont des événements météorologiques naturels, mais le changement climatique amplifie leur intensité et leur fréquence.

 

Nombre de jours anormalement chauds en fonction du degré de réchauffement

Nombre de jours anormalement chauds en fonction du degré de réchauffement | Météo-Contact

 

Les événements météorologiques extrêmes, à l’image des précipitations extrêmes ou encore des tempêtes hivernales vont s’amplifier. Les épisodes de pluies intenses pourraient devenir plus fréquents et plus intenses, une augmentation prévue de 5 à 30 % en fonction des régions. Causant donc des inondations subites, impactant les infrastructures, les écosystèmes et la santé humaine.

Les orages ne deviendront pas plus fréquents, ils seront même en légère diminution dans la région méditerranéenne. Cependant, les prévisions tablent plutôt sur une intensification potentielle des précipitations lors d’orages, donc une sévérité de ces systèmes accrue.

 

Des régions pourront devenir difficilement vivables l’été

 

En raison de l’augmentation des températures, la quantité d’humidité dans l’air augmentera. Ce qui pose des problèmes graves sur la santé, notamment durant les périodes de fortes chaleurs. L’hyperthermie est une condition médicale dans laquelle le corps est en surchauffe. Si l’humidité est trop présente dans l’air, le corps ne peut pas se rafraîchir en utilisant la transpiration, empêchant ce processus. 

 

Risques liés à la chaleur et à l'humidité pour la santé humaine en fonction du degré de réchauffement​ 

Risques liés à la chaleur et à l'humidité pour la santé humaine en fonction du degré de réchauffement​ IPCC

 

L’on risque d’être exposé à des jours dangereux, voire mortels, ce qui veut dire que ces conditions seront réunies et représenteront une véritable menace pour la santé des individus. Bien que les régions à l’équateur sont largement plus exposées, l’arc méditerranéen ne reste pas en marge avec entre 1 à 10 journées à risque sur l’ensemble d’une année.

 

 

Apparition de virus et bactéries peu répandus en France aujourd’hui

 

Un terrain favorable pour la propagation de la dengue et du paludisme

 

À notre ère, des maladies telles que la dengue, le chikungunya sont déjà présentes, mais le changement climatique peut exacerber les risques de transmission de ces maladies et augmenter leur prévalence. Principalement à cause de l’augmentation de la température et de la modification des précipitations, les moustiques porteurs de ces maladies auront plus la possibilité de se développer et se reproduire. 

 

 

Créant alors de nouvelles zones de reproduction. Les impacts sont multiples, déjà une augmentation des décès suite à la contraction de ces maladies. Aussi des coûts de santé supplémentaires. Si une épidémie survient, elle peut vite saturer nos hôpitaux, à l’image de ce qui a pu être observé durant la pandémie de Covid-19.

 

La pollution et les maladies liées à l'eau aggravées par le changement climatique

 

Les maladies respiratoires telles que l'asthme et la maladie pulmonaire obstructive chronique seront plus intensifiées par la pollution de l'air et les températures élevées. Les maladies liées à l'eau (telles que la diarrhée et le choléra), qui peuvent être causées par la contamination de l'eau potable due aux inondations et aux sécheresses, risquent d’être favorisées par ces conditions météorologiques défavorables.

 

 

Le monde agricole totalement bouleversé

 

Le maïs, le soja et le blé en première ligne

 

Les plantes comme le maïs et le blé sont celles qui nécessitent une grande quantité d’eau, et à cause des sécheresses à répétition, cela pourrait réduire les rendements et la qualité des légumes. En 2020, la France a produit environ 14 millions de tonnes de maïs, ce qui la place au quatrième rang des producteurs européens.

 

Modification du rendement moyen des cultures en fonction du degré de réchauffement​

Modification du rendement moyen des cultures en fonction du degré de réchauffement​ Météo-Contact

 

De plus, l’augmentation des températures favoriserait le développement et l’installation de maladies et de nuisibles. En particulier les vignobles, très sensibles aux températures nocturnes chaudes, réduisant la qualité des fruits et des raisins. Les cultures à cycle court pourraient également être touchées par des phénomènes météorologiques extrêmes tels que des orages de grêle et des vents violents, réduisant également leurs rendements.

 

 

De nombreuses zones vulnérables à la montée des eaux

 

Des villes comme Calais ou Dunkerque les pieds régulièrement dans l’eau

 

Les océans pourraient monter de 0.62 centimètre à 1.02 mètre d’après l’Agence européenne pour l’environnement. Ces valeurs ne doivent pas vous dire grand-chose, et pourtant, dans ce scénario une mer arrivée à un tel niveau mettrait les villes de Calais, Dunkerque ou même de nombreuses régions côtières atlantiques en grande difficulté. 

Par exemple lors de fortes tempêtes, le risque de submersion marine et d’inondations est multiplié. Ces régions côtières du pays sont très peuplées et sont situées à une altitude très proche du niveau de la mer, ce qui les rend particulièrement vulnérables aux conséquences de la montée du niveau de la mer, comme l'érosion du littoral, la submersion marine et la perte d'habitats naturels. Il est donc primordial d’adapter les zones côtières à ces risques.

 

 Guillaume   Article écrit par Guillaume Jauseau

 

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous

Dernière mise à jour le Mercredi 31 janvier 2024 à 18:26:16

À lire aussi...

Tendance météo pour le mois de mars 2024

Dans moins de deux semaines, le mois de mars sera à l’honneur et vous vous demandez peut-être quelle est la tendance météo ?

Lire l'article

Tendance météo pour le mois de février 2024

Nous sommes désormais en février et vous vous posez peut-être la question suivante : froid et neige vont-ils s’inviter ces prochaines semaines ?

Lire l'article

GIEC : Nous avons toutes les cartes en main pour éviter le pire

Le GIEC tire une nouvelle fois la sonnette d’alarme sur un changement climatique, avec des impacts sur les populations et la biodiversité...

Lire l'article

Ça ressemble à quoi une France + 4 degrés ?

Le ministre de la Transition écologique, Christophe Béchu, affirme « qu’il faut préparer » une France à + 4 degrés de réchauffement...

Lire l'article
Écrire un commentaire :
Erreur ! Veuillez vous connecter pour laisser un commentaire.