« Partageons ensemble le temps de demain »

L'encyclo météo


 

L'encyclopédie météo

 

Météo-Contact vous propose « l'encyclo météo », une encyclopédie météo riche de plus de 150 définitions sur les bases de la météorologie... En cas de questions ou de suggestions de définition(s), n'hésitez pas à nous contacter via notre interface de contact.

 

A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z

 


 

A 

 

Adiabatique : transformation n'impliquant pas d'échange thermique avec le milieu extérieur.

Advection : déplacement (horizontal) de certaines propriétés de l'air comme l'humidité, la température potentielle et même la pollution. Il est important de distinguer le champ horizontal du champ vertical (ce dernier étant plus négligeable et avec des propriétés différentes).

Albédo : fraction d'énergie qu'une surface renvoie. A titre d'exemple, les océans ont un albédo compris entre 5 et 10%.

Altocumulus : nuage que l'on retrouve à une altitude comprise entre 1 500 et 6 000 mètres. Il peut être gris, blanc, ou les deux. Sous forme de banc ou couche de nuages. Nature diffuse, soudée ou non.

Altostratus : nuage que l'on retrouve à une altitude comprise entre 1 500 et 6 000 mètres. Il peut être grisâtre ou bleuâtre. Sous forme de nappe ou couche (nuage uniforme, strié ou fibreux) susceptible de couvrir entièrement ou partiellement le ciel.

Amplitude : écart entre deux valeurs extrêmes. Prenons l'exemple du vendredi 25 mars 2016 à Langres (52), il a fait 4.0°C le matin et 7.5°C l'après-midi : l'amplitude thermique est alors de 3.5°C.

Anénomètre : instrument permettant de mesurer la vitesse du vent.

Anticyclone : zone où les pressions sont supérieures à 1013 hPa (hautes pressions). Dans l'hémisphère nord, les vents sont horaires, alors que dans l'hémisphère sud ils sont antihoraires.

Arc-en-ciel : phénomène optique et météorologique qui se produit lors d'une averse. Il est généré lorsque de l'eau est en suspension dans l'air et que la lumière du soleil brille derrière l'observateur.

Arcus : nuage le plus souvent lié à un orage (cumulonimbus). Il se présente sous la forme d'un rouleau horizontal parfois spectaculaire, à basse altitude et à l'avant d'une ligne de précipitations.

AS : anticyclone scandinave.

Ascendance : mouvement vertical de l'air vers le haut. Il existe l'ascendance orographique (liée au relief), l'ascendance thermique (similaire à l'ascendance d'instabilité mais à plus petite échelle), l'ascendance dynamique (vent devant surmonter pentes ou collines) et l'ascendance d'instabilité (descente rapide de la température avec l'altitude favorable au développement d'instabilité).

Atmosphère : ensemble de couches composées d'air où l'on trouve des particules solides ou liquides. Dans la basse atmosphère on y trouve la troposphère (7 à 20 km en fonction de la latitude). Dans la moyenne atmosphère, on trouve la stratosphère (20 à 40 km) et la mésosphère (50 à 90 km). Enfin, dans la haute atmosphère on retrouve la thermosphère (100 à 500 km) et l'exosphère (> 500 km).

Autan : vent de secteur sud-est caractéristique de la plaine toulousaine, de la Montagne Noire et des Corbières. Les rafales peuvent dépasser les 100 km/h lors de certains épisodes venteux.

Averse : précipitation de courte durée, faible, modérée ou forte, d'origine convective (instabilité). Fréquente lors d'un ciel de traîne (après le passage d'une perturbation).

 

 

B 

 

Barocline : située dans la basse atmosphère (calme), il s'agit d'une variation de pression liée à une baisse de la densité de l'air.

Baromètre : instrument météorologique permettant de mesurer la pression atmosphérique.

Base (nuage) : partie basse d'un nuage.

Basses couches : partie basse de l'atmosphère située en dessous des 1 000 mètres d'altitude.

Blizzard : phénomène météorologique caractéristique des pays froids. C'est une sorte de tempête de neige.

Blocage : situation météorologique figée (situation dite de blocage). Peut durer plusieurs jours à plusieurs semaines.

Brise : vent frais faible à modéré, rarement fort. Il existe la brise de mer, la brise de terre, la brise de vallée et la brise de montagne.

Brouillard : phénomène météorologique à base de fines gouttelettes d'eau formant un nuage au niveau du sol. La visibilité peut être fortement réduite (parfois à quelques dizaines de mètres seulement).

Bruine : petite pluie fine composée de gouttelettes dont le diamètre n'excède pas 0.5 mm.

Brume : similaire au brouillard. Fines gouttelettes d'eau formant une couche nuageuse de faible ampleur. On la distingue régulièrement au-dessus des cours d'eau et des champs sous forme de nappe.

 

 

C 

 

CAPE : c'est l'énergie potentielle convective disponible pouvant être transformée en énergie cinétique (énergie que possède un corps en raison de son mouvement) lors des mouvements ascendants.

Cellule orageuse : cellule convective qui s'apparente à un orage dont le nuage est le cumulonimbus.

Centre d'action : caractérisé en météo par un anticyclone ou une dépression dont l'influence est étendue sur une période plus ou moins importante.

CIN : la convective inhibition pourrait être considérée comme l'inverse de la CAPE puisqu'elle tend à limiter le déclenchement de la convection. C'est un paramètre à prendre en compte lors de la prévision des orages, car elle est en mesure de limiter les développements orageux.

Cirrocumulus : nuage constitué de cristaux de glace que l'on retrouve à une altitude supérieure à 5 000 mètres. Blanc, petit, sous forme de nappe, apparence moutonneuse.

Cirrostratus : nuage constitué de cristaux de glace que l'on retrouve à une altitude supérieure à 4 500 mètres. Caractéristique d'un voile nuageux transparent ou blanchâtre pouvant masquer sensiblement le soleil et former un halo.

Cirrus : nuage constitué de cristaux de glace que l'on retrouve à une altitude supérieure à 6 000 mètres. Caractéristique d'un voile nuageux peu dense, avec aspect fibreux, sous forme de filaments blancs. C'est le nuage qui se situe à la plus haute altitude (hors sommet du cumulonimbus).

Cisaillement : différence de la vitesse ou de la direction du vent. Ce cisaillement peut être vertical et/ou horizontal. Lors des orages, ces cisaillements sont plus importants.

Climatologie : ce n'est pas la météorologie mais l'étude du climat. Elle caractérise le temps qu'il a fait dans le passé grâce à un grand nombre de paramètres d'observations archivées.

Condensation : processus de transformation d'un gaz en liquide (ou solide).

Congère : accumulation de neige en un point donné, causée par le vent.

Convection : ensemble des mouvements verticaux d'un fluide. Cela implique le transport de ses caractéristiques durant leur déplacement.

Convergence : zone de l'atmosphère où des flux d'air de différentes directions se rejoignent. Cela créé une accumulation susceptible de mener à un mouvement vertical.

Coup de galerne : brusque renforcement du vent sur l'ouest de la France, notamment au Pays basque. La température chute rapidement, puis le vent se renforce pouvant dépasser parfois 100 km/h. Peut s'accompagner de fortes averses temporaires.

Coup de vent : caractéristique d'un passage perturbé accompagné de bonnes rafales de vent aux alentours de 70 à 80 km/h. C'est le stade avant la tempête (> 89 km/h).

Cumulonimbus : c'est le nuage d'orage. Sa base aux alentours de 300 à 1 000 mètres peut s'étendre verticalement au-delà de 10 000 mètres (jusqu'à la stratosphère où son sommet s'étend, formant une enclume). Il peut s'accompagner de violentes averses, d'orages, d'éclairs, de grêle, de violentes bourrasques de vent et même de tornade(s) lorsqu'il s'agit d'un orage dit supercellulaire (le plus violent des orages).

Cumulus : nuage séparé à extension verticale que l'on retrouve à une altitude allant d'une centaine de mètres du sol à 5 000 mètres. Blanc au niveau des parties éclairées par le soleil, base souvent plus sombre. On distingue quatre types de cumulus : cumulus humilis, cumulus mediocris, cumulus congestus, cumulus fractus.

Cyclogénèse (ou cyclogenèse) : processus de développement ou d'intensification d'une dépression (basses pressions).

Cyclolyse : processus d'affaiblissement ou de disparition d'un cyclone ou d'une dépression.

Cyclone : c'est une dépression caractéristique des eaux chaudes de la zone intertropicale, accompagnée de fortes pluies et de vents violents. On utilise le terme ouragan aux Antilles et dans le golfe du Mexique. Le terme typhon est utilisé pour la zone Pacifique ouest.

 

 

D 

 

Dépression : zone où les pressions sont inférieures à 1013 hPa (basses pressions). Dans l'hémisphère nord, les vents sont anti-horaires, alors que dans l'hémisphère sud ils sont horaires.

Diurne : période de la journée débutant au lever du soleil et se terminant à son coucher.

Divergence : opposé de convergence. Peut être assimilé à l'expansion ou à l'étalement d'un champ de vecteurs.

Dorsale (anticyclonique) : axe de hautes pressions en prolongement d'un anticyclone (forme une sorte de "vallée").

Dust devil : petit tourbillon qui n'excède pas une dizaine de mètres en hauteur et dont les vents sont souvent inférieurs à 90 km/h. Il se forme en cas de différences de vent et de températures.

 

 

E 

 

Échéance : terme utilisé pour la prévision météo. Par exemple, échéance à court terme (48h ou moins), échéance à moyen terme (3 à 5 jours) ou encore échéance à long terme (au-delà de 5 jours).

Échelle de Beaufort : échelle de classification et de désignation de la force du vent comportant 13 degrés d'intensité (0 à 12). Elle est très utilisée en météorologie marine.

Échelle de Fujita : on l'utilise pour déterminer l'intensité d'une tornade selon les dommages observés. Il existe six niveaux : F0 (dégâts léger), F1 (dégâts modérés), F2 (dégâts importants), F3 (dégâts considérables), F4 (dégâts dévastateurs), F5 (dégâts incroyables).

Éclair (foudre) : issu d'un orage. Il s'agit d'une vive lueur brève se produisant à force d'accumulation d'électricité statique entre un/des nuage(s) et la terre.

Éclaircie : trouée(s) laissant passer les rayons du soleil ou faisant apparaître un soupçon de ciel bleu.

El Niño : phénomène d'origine naturelle impliquant une hausse des températures de surface de la mer (une dizaine de mètres)

Émagramme : diagramme thermodynamique correspondant au profil vertical de l'atmosphère en un point donné qu'on obtient à partir d'un radiosondage. Il permet d'analyser la masse d'air en un point donné.

Enbata : à l'image du coup de galerne, l'enbata est un brusque renforcement du vent caractéristique du Pays basque. La température chute rapidement, puis le vent (ouest ou nord-ouest) se renforce pouvant dépasser parfois 100 km/h. Peut s'accompagner de fortes averses temporaires.

Ensoleillement : c'est l'insolation et plus globalement la mesure du rayonnement solaire reçu par une surface au cours d'une période donnée. En météo, on l'exprime en minutes ou en heures.

Entrée maritime : changement de la direction du vent et arrivée d'une masse d'air humide d'origine maritime. En France, on utilise ce terme régulièrement, par exemple pour les entrées maritimes observées sur le golfe du Lion caractérisées par des nuages bas tenaces.

Épisode cévenol : épisode pluvieux et/ou orageux pouvant durer plusieurs jours. Susceptible de provoquer des crues éclairs et donc des inondations. Un épisode cévenol est caractéristique des Cévennes (Gard, Hérault, Lozère et Ardèche). Les cumuls de précipitation peuvent être considérables en un court laps de temps.

Épisode méditerranéen : à l'image de l'épisode cévenol, un épisode méditerranéen s'accompagne de fortes pluies et/ou d'orages. Il concerne tout ou partie de l'arc méditerranéen.

Évaporation : transformation d'un liquide en gaz.

Évapotranspiration : quantité d'eau absorbée par l'atmosphère en raison de l'évaporation au niveau du sol mais aussi par la transpiration des plantes et des arbres.

 

 

F 

 

Fetch : distance parcourue par le souffle du vent sur un plan d'eau sans rencontrer d'obstacle depuis l'endroit où il est créé (plus le fetch est important, plus la hauteur des vagues sera grande).

Flux : c'est le déplacement d'une masse d'air dans une direction précise. Par exemple, flux de sud veut dire que le vent vient du sud ou est de secteur sud.

Foehn : vent sec et chaud caractéristique des zones montagneuses. Il est à l'origine d'une brusque montée des températures.

Foudre : éclair entre le cumulonimbus et le sol, issu d'une trop forte différence de potentielle entre la base du nuage et le sol.

Front : surface discontinue séparant deux masses d'air qui ont des propriétés physiques différentes. On distingue trois types de front : front chaud, front froid, front occlus.

Front de rafale : limite entre air froid issu d'un orage et l'environnement. Il est le résultat d'un courant descendant d'un nuage. A cet endroit, on rencontre une saute de vent (variation soudaine du vent et sa vitesse) et un refroidissement sur une étendue assez limitée.

Frontogénèse (frontogenèse) : processus de formation ou d'intensification d'un front.

Frontologie : qui a pour but d'étudier les fronts.

Frontolyse : processus d'atténuation ou de dissipation d'un front.

 

 

G 

 

Gelée : lorsque la température de l'air est négative, soit inférieure à 0°C. On peut malgré tout observer une gelée blanche même si la température est légèrement positive (1 ou 2°C).

Géopotentiel : à l'origine une fonction mathématique permettant de mesurer l'énergie d'une unité massique à une altitude z donnée. Le géopotentiel est utilisé en météorologie pour calculer la pression de masse d'air (ayant une masse unitaire ) en fonction de l'altitude, de la latitude en prenant en compte l'effet rotatif de la Terre.

GFS : modèle météorologique américain appelé Global Forecast System. On le trouve gratuitement sur internet.

Giboulée : il s'agit d'une averse brève mais potentiellement virulente, accompagnée de vent.

Girouette : dispositif ayant pour but d'indiquer la direction du vent. Elle utilise les points cardinaux (est, ouest, nord, etc...) ou bien les degrés d'angle (180° pour un vent de sud, 360° pour un vent de nord, etc...).

Givre : glace de couleur blanche se déposant sur une surface lorsque la température est négative.

Goutte froide : on la distingue sur les cartes météo par une goutte d'air froid dont le diamètre peut varier d'une centaine à un millier de kilomètres, le tout entouré d'isothermes (ligne où la température est constante) fermés.

Grêle : gouttes de pluie se transformant en glace, généralement dans un orage lorsqu'elles sont aspirées par le courant ascendant, jusque dans le haut du cumulonimbus où l'air y est extrêmement froid. La taille des grêlons varie selon le nombre de fois qu'ils sont réaspirés dans ce courant ascendant avant de tomber au sol, ainsi les plus gros pourront avoir une taille approchant les 15 centimètres.

Grésil : le grésil à une formation qui diffère de la grêle, il s'agit en fait d'une goutte de pluie traversant une couche de l'atmosphère où la température y est négative, qui ainsi se transforme en glace à son passage. La taille, inférieure au centimètre, en est par conséquent bien plus petite que celle de la grêle.

 

 

H 

 

Halo : phénomène optique observé autour du soleil, de la lune mais aussi d'une source de lumière intense. On le distingue sous la forme d'un cercle ou de tâches de lumière.

Héliographe : instrument permettant de mesurer la durée de l'ensoleillement.

HPa : hectopascal, unité de mesure de la pression atmosphérique.

Humidex : l'indice humidex combine humidité et température. C'est la température ressentie par le corps.

Humidité absolue : teneur en vapeur d'eau contenue dans l'air.

Humidité relative : pourcentage de vapeur d'eau contenue dans l'air par rapport à la quantité de vapeur d'eau nécessaire pour arriver à la saturation.

Hygromètre : instrument météorologique mesurant l'humidité (%) de l'air.

 

 

I 

 

Intempéries : conditions météorologiques délicates pouvant être caractérisées par de fortes pluies, des orages, des vents violents, etc...

Inversion : air doux (ou chaud) se situant au-dessus de l'air frais (ou froid). A l'accoutumée, la température diminue au fur et à mesure que l'on prend de l'altitude. Lors d'une inversion, c'est l'inverse sur une certaine épaisseur de la basse atmosphère.

Isobare : courbe qui relie les points d'égale pression.

Isohyète : ligne qui relie des points d'égale quantité de précipitations sur une période déterminée.

Isohypse : ligne qui relie des points d'égale altitude du géopotentiel sur une surface donnée (principalement isobare).

Isotherme : ligne qui relie des points d'égale température.

 

 

J 

 

Jet (courant-jet ou jet stream) : axe de vent violent (d'ouest en est) en altitude situé au niveau de la tropopause (7 à 18 km en fonction des latitudes). Cet axe est très utilisé par les avions. Les vents moyens sont de 100 km/h, mais peuvent dépasser 350 km/h comme lors des tempêtes de 1999 en France où ils avaient dépassé 400 km/h.

 

 

K 

 

Kelvin : unité de température partant du zéro absolu (-273.26°C).

 

 

L 

 

La Niña : phénomène climatique associé à une anomalie thermique (basse) des eaux de surface dans l'océan Pacifique. La Niña à pour conséquences des répercussions sur les typhons dans l'océan Pacifique Ouest. Le temps devient plus sec que la normale dans l'Est de l'Amérique du Sud et l'Est de l'Afrique. L'Afrique Australe subit des conditions plus humides.

Ligne de grain : fortes mais brèves averses accompagnées de coups de vent parfois violents. Une ligne de grain est associée généralement à un front froid de perturbation.

 

 

M 

 

Maille : les modèles de simulation de l'atmosphère ont différentes échelles. Ils peuvent être à maille fine (résolution 1 à 5 km, 24 à 48 heures en termes d'échéance) ou à maille large (résolution supérieure à 5 km, jusqu'à une dizaine de jours en termes d'échéance).

Mammatus : nuage sous forme de mamelons, observé généralement lors de phénomènes orageux comme les cumulonimbus. On le retrouve également à la base des cirrus, cirrocumulus et altostratus.

Masse d'air : zone de l'atmosphère où l'on trouve des conditions homogènes (température, pression, humidité). C'est une zone dite stable au sens des paramètres physiques mesurés en son sein.

MCS & MCC : le MCS (système convectif de méso-échelle) tout comme le MCC (complexe convectif de méso-échelle) sont des orages multicellulaires ou du moins un regroupement d'orages multicellulaires dans une phase très avancée. On les rencontre lors de situations orageuses parfois importantes. Ils sont associés à des phénomènes violents et parfois même extrêmes comme ce fut le cas le 27 juillet 2013 (MCC comprenant un derecho en son sein). On note cependant une différence majeure entre les deux structures orageuses. En effet, il s'agit de la taille, alors que le MCS peut être d'assez petite dimension (une région entière tout de même), le MCC est soumis à des critères très particuliers tels que la température des sommets (100 000 km² avec des sommets nuageux dont la température atteint ou est inférieure à -32°C et au moins 50 000 km² avec des sommets nuageux dont la température est égale ou inférieure à -52°C), sa durée de vie etc.

Médicane : c'est un cyclone subtropical méditerranéen caractéristique d'un système dépressionnaire que l'on retrouve en Méditerranée.

Mésocyclone : zone de rotation présente lors d'un orage, susceptible de donner une tornade lorsque les conditions sont réunis.

Mésosphère : couche atmosphérique située entre 50 et 90 km d'altitude.

Météorologie : science qui a pour objectif l'étude des phénomènes atmosphériques et la prévision du temps.

Microclimat : conditions météo localisées sur une étendue géographique limitée. Le microclimat peut être lié à la végétation, à la présence de cours d'eau ou encore à la topographie du lieu.

Mistral : vent de nord-ouest à nord caractéristique de la vallée du Rhône. Les rafales de vent peuvent alors dépasser les 100 km/h, notamment en hiver.

Mousson : régime de fortes pluies en Inde et Asie du Sud-Est impulsé par des vents saisonniers venant de la mer en direction des terres. Lorsque le vent souffle des terres vers la mer, il s'agit de la mousson d'hiver, donnant lieu à des sécheresses.

 

 

N 

 

Nébulosité : s'apparente au fait qu'il y ait des nuages dans le ciel. On détermine la nébulosité avec les octas (0 à 8). Plus on va vers le 0, plus le ciel est clair et plus on va vers le 8, plus le ciel est chargé.

Neige : précipitation constituée de cristaux de glace ramifiés formant le flocon de neige. La forme des cristaux de neige varie selon la température et l'humidité.

Nimbostratus : nuage que l'on retrouve à une altitude comprise entre 300 et 5 000 mètres. Il est caractéristique d'un temps pluvieux. Son aspect est donc souvent grisâtre.

Nuage : gouttelettes et/ou cristaux en suspension. Situé à une altitude comprise entre quelques centaines de mètres à plus de 10 000 mètres parfois (cumulonimbus).

 

O 

 

Occlusion : expulsion et disparition en altitude de l'air chaud par l'air froid au sein d'une perturbation des latitudes moyennes. Phase finale de l'évolution du système dépressionnaire.

Octa : unité permettant d'évaluer la nébulosité (0 à 8).

Ondée : pluie brève pouvant s'apparenter à une averse ou à une giboulée.

Orage : dégradation du temps issue d'un cumulonimbus. Forte averse, grêle, grésil, coup de vent, éclairs accompagnent un orage. Il existe trois types d'orages : orage unicellulaire, orage multicellulaire et orage supercellulaire.

Ouragan : c'est une dépression caractéristique des eaux chaudes de la zone intertropicale, accompagnée de fortes pluies et de vents violents. On utilise le terme ouragan aux Antilles et dans le golfe du Mexique.

 

 

P 

 

Perturbation : interruption d'un équilibre local atmosphérique se traduisant par une dégradation du temps (nuages, précipitations). 

Pluie : précipitation liquide qui tombe d'un nuage vers le sol. 

Pluviomètre : instrument météorologique permettant de mesurer la hauteur de précipitations tombée en un point donné.

Point de rosée : c'est la température à laquelle il faut refroidir un volume d'air, à pression et humidité constantes, afin qu'il devienne saturé.

Précipitation : particule d'eau liquide et/ou solide qui tombe d'un nuage vers le sol. Il existe la pluie, la bruine, la neige, le grésil, la pluie verglaçante, les granules de glace.

Pression (atmosphérique) : pression exercée par une colonne d'air (mélange gazeux) au-dessus d'une surface. S'exprime couramment en hectopascal (hPa).

Prévision : qui a pour but de prévoir le temps pour les heures ou les jours à venir.

 

 

Q 

 

Aucun mot disponible. Une proposition ? Contactez-nous...

 

 

R 

 

Radar (pluie) : utilisé pour détecter les précipitations.

Radiosondage : ensemble de capteurs météorologiques dont l'objectif est de mesurer les propriétés atmosphériques en altitude.

Rafale : renforcement soudain et bref du vent en un lieu donné, se traduisant par une hausse brève et soudaine de la vitesse instantanée du vent en comparaison de la vitesse moyenne.

Rafale convective : renforcement soudain et bref du vent en un lieu donné. Elle est caractéristique des rafales sous orage(s).

Rose (des vents) : figure qui indique les points cardinaux nord, sud, est, ouest et toutes les directions intermédiaires.

Rosée : condensation se produisant à proximité du sol lorsque la température descend en dessous du point de rosée de l'air en surface.

 

 

S 

 

Saison : période de l'année où l'on observe une certaine régularité du temps et de la température. En France, on distingue le printemps, l'été, l'automne et l'hiver.

Satellite : a pour but de recueillir des données utilisées pour la surveillance du temps.

Saturation : stade physique où la quantité maximale de vapeur d'eau est présente dans l'atmosphère, aboutissant à la condensation.

Sécheresse : caractéristique d'un manque d'eau plus ou moins durable, pouvant avoir des répercussions sur la faune et la flore.

Sirocco : c'est un vent assez fort, sec et chaud qui souffle en Afrique du Nord et sur le sud de la mer Méditerranée. En France, on le distingue notamment par la brusque montée de la température en Corse.

Stratocumulus : nuage que l'on retrouve à une altitude comprise entre 500 et 2 500 mètres. Sous forme de banc, couche grise et/ou blanchâtre, souvent sombre.

Stratus : nuage que l'on retrouve à une altitude comprise entre 0 et 1 200 mètres. Sous forme de couche uniforme, grise ou blanchâtre. Il s'apparente au nuage bas. Peut donner des "petites" précipitations.

Subsidence : déplacement (lent) d'air vers le sol.

Supercellule : c'est le plus violent des orages. Il se produit lorsque le dynamisme est significatif (cisaillements, hélicité etc). Contrairement à ce que l'on pourrait croire, la supercellule ne nécessite pas de grande instabilité, si les cisaillements et l'hélicité (paramètres essentiels à la prévision de supercellules) sont forts, alors elle peut éclore. On dénombre quatre types de supercellules : la supercelulle "low topped" (Lt), la supercelulle "high precipitation" (Hp), la supercelulle "low precipitation" (Lp). La supercellule peut aussi prendre naissance grâce à un split (séparation d'un orage en deux).

Surcote : élévation de la surface de la mer liée au passage d'une dépression. Elle s'ajoute à l'élévation du niveau de la mer issue de la marée astronomique.

 

 

T 

 

Talweg (thalweg) : axe de basses pressions. Forme une sorte de "vallée" entre deux zones de hautes pressions.

Tempête : se caractérise par de fortes rafales de vent dépassant 89 km/h lors du passage d'une dépression (basses pressions).

Thermomètre : instrument météorologique permettant de mesurer la température.

Thêta E : température potentielle équivalente prise par une particule d'air quel que soit son état (humide ou saturé).

Thêta W : température pseudo-adiabatique du thermomètre mouillé affectée à une particule d'air ramenée à son niveau de condensation.

Tonnerre : bruit produit par l'accroissement brutal de la fine couche d'air chauffée brutalement par la foudre lors d'un orage. On utilise ce bruit pour savoir à quelle distance se trouve l'orage (3 secondes entre l'éclair et le tonnerre = 1 km).

Tornade : tourbillon (vortex) qui touche le sol et où des vents violents sont observés. Une tornade se produit à la base d'un nuage d'orage quand le cisaillement des vents est notable dans la basse atmosphère.

Traîne : caractéristique du temps après le passage d'une perturbation. On peut y observer des averses, des orages, des coups de vent, mais aussi des éclaircies.

Tramontane : vent de nord-ouest caractéristique du golfe du Lion. Les rafales de vent peuvent dépasser les 100 km/h, notamment vers le Roussillon.

Tropopause : fine couche atmosphérique séparant la troposphère de la stratosphère à une altitude aux alentours de 11 à 12 km dans nos régions tempérées. La température varie entre -50 et -60°C.

Troposphère : zone de l'atmosphère la plus basse (entre 0 et 10 km) où se produit l'ensemble des phénomènes météorologiques. La température décroît de 0.65°C tous les 100 mètres dans une atmosphère dite stable, plutôt 1°C lors d'une atmosphère dite instable.

Tuba : tourbillon (vortex) qui ne touche pas le sol contrairement à une tornade.

Typhon : c'est une dépression caractéristique des eaux chaudes de la zone intertropicale, accompagnée de fortes pluies et de vents violents. On utilise le terme typhon pour la zone Pacifique ouest.

 

 

U 

 

Unicellulaire (orage) : cellule convective pouvant être mobile ou stationnaire. Leur durée de vie est inférieure à une heure, et même 30 minutes dans la plupart des cas.

 

 

V 

 

Vent : mouvement d'une parcelle d'air sur une distance plus ou moins importante. Le vent est provoqué par la rotation de la Terre et le réchauffement inégal provenant de l'énergie solaire.

Verglas : dépôt de glace lisse au sol suite à la pluie, qui au contact avec un sol froid, est en mesure de geler. Le verglas peut également se former lors de la fonte de la neige au sol en cas de regel.

Virga : précipitation n'atteignant pas le sol en raison de son évaporation lorsque l'air est plus sec lors de sa descente vers le sol.

Visibilité : distance jusqu'à laquelle on peut distinguer et observer un objet. C'est la transparence de l'air.

Vitesses verticales : variation de pression subie par une particule d'air par unité de temps dans son déplacement.

Vortex polaire : s'apparente à un cyclone géant en mesure d'emprisonner l'air froid au-dessus de l'Arctique au cours de l'hiver.

 

 

W 

 

Windchill : c'est l'Indice de refroidissement éolien (IRE). Sensation de froid ressentie par un organisme sous l'impulsion du vent.

WRF : Weather Research and Forecasting est un modèle météo utilisé par le National Weather Service des États-Unis et pour la recherche en simulation de l’atmosphère. On le trouve gratuitement sur internet.

 

 

X 

 

Xynthia : tempête qui a frappé plusieurs pays dont la France dans la nuit du 27 au 28 février 2010, causant la mort de 53 personnes. La Charente-Maritime et la Vendée ont été particulièrement touchée, avec des vents entre 130 et 160 km/h. Le phénomène marquant a été la surcote engendrée par la tempête en elle même et les forts coefficients de marée.

 

 

Y 

 

Aucun mot disponible. Une proposition ? Contactez-nous...

 

 

Z 

 

Zonale (circulation) : contexte météorologique pouvant être assimilé à du mauvais temps. En France, il s'apparente à un flux d'ouest, donc perturbé et humide.

 

 


 

 

Vous avez aimé ? Alors partagez avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

À lire aussi...

Retour de la douceur la semaine prochaine

La fraîcheur actuelle va laisser place à la douceur en cours de semaine prochaine mais tous les scénarios restent encore possibles au-delà de vendredi prochain...

Lire l'article

Le "raz de marée" du 16 novembre 1940

Il y a tout juste 77 ans, un "raz de marée" a frappé les côtes vendéennes. Retour sur cet événement qui a tout détruit sur son passage...

Lire l'article

Un nombre de tâches solaires au plus bas

L'activité solaire n'est pas encore au plus bas, mais le nombre de tâches solaires demeure nul. Cela aura t-il des effets sur le climat terrestre ?

Lire l'article

Retour de la Niña cet hiver

Où se situe l'ENSO actuellement ? Quelle évolution ultérieure pouvons-nous attendre de ce phénomène ?

Lire l'article
Facebook Météo-Contact
Twitter Météo-Contact
Instagram Météo-Contact
Communiqué et Suivi de Phénomènes
Vos photos
Animation des précipitations en France