« Partageons ensemble le temps de demain »

Tendances saisonnières


 

► Dernière mise à jour : 15 janvier 2020

 

Écarts thermiques par rapport aux moyennes saisonnières en 2019

 

 

Synthèse climatique depuis le début de l'année 2019 en France métropolitaine

 

Le début de l'année 2019 a connu la récurrence d'une certaine fraîcheur au cours du mois de janvier mais plutôt durable malgré des épisodes de douceur. L'année débute donc avec un léger déficit thermique. Côté précipitations, si la moyenne nationale s'est avérée déficitaire, les contrastes régionaux ont été nombreux.

A l'inverse, le mois de février a été largement ensoleillé et doux avec un avant-goût de printemps au cours de la deuxième quinzaine. En mars, la douceur a globalement continué dans une ambiance toujours assez sèche, notamment dans le Sud, le Nord-Est étant plus arrosé. Le mois d'avril très contrasté s'est terminé avec un excédent thermique de 0.6°C alors que les précipitations se sont avérées proches de la moyenne à l'échelle du pays. Enfin, le mois de mai confirme cette tendance à la baisse avec des températures déficitaires (-1.1°C de déficit thermique).

Le début de l’été météorologique s’est soldé par des températures au dessus des moyennes (+1.8°C) et surtout une vague de chaleur record la dernière semaine de juin. Ces températures très excédentaires ont continué de concerner la France durant le mois de juillet avec de nombreux records de chaleur battus et un excédent mensuel de +2.2°C. Le mois d'août s'est avéré plus mitigé mais restant plus chaud que la normale (+1.2°C). Le mois de septembre affiche le même excédent thermique avec +1.2°C par rapport aux normales saisonnières. Le mois d'octobre a été dans la continuité des mois précédents, à savoir très doux (+1.6°C) mais humide. En novembre, l'excédent thermique s'est réduit à +0.3°C mais s'est encore montré très humide. L'année s'est achevée avec une vive douceur (excédent de 2.4°C) et des précipitations nettement excédentaires.

 


 

Tendances à l'échelle de la France pour le trimestre à venir 

 

 

Janvier : températures douces et précipitations déficitaires

 

Tendance saisonnière : janvier 2020

 

 

En Europe

Le mois de janvier pourrait être assez doux sur l'Europe notamment en direction de l'Europe de l'Est où l'anomalie thermique pourrait se situer 2 à 3 degrés au-dessus des normales saisonnières. En effet, un vaste système anticyclonique semble se dessiner sur le continent avec des répercussions au niveau des températures et sur la pluviométrie. Le pourtour méditerranéen restera sous le soleil avec très peu de précipitations envisagées tandis que le nord de l'Europe subira un virulent flux d'ouest avec une succession de perturbations.

 

En France

Un temps plus doux que la normale est attendu sur le pays, l'anomalie thermique pourrait atteindre 2°C localement mais plus généralement 1°C. Côté précipitations, le nord de la France sera plus arrosé que le sud même si un certain déficit se fera sentir sur l'ensemble de nos régions. Par ailleurs, le pourtour méditerranéen pourra profiter d'un ensoleillement correct. La fin de mois pourrait laisser place à des températures plus fraîches.

 

 

Février : durablement doux et précipitations déficitaires

 

Tendance saisonnière : février 2020

 

 

En Europe

L'Europe restera sous l'emprise d'un vaste système anticyclonique qui repoussera les dépressions plus au nord. Une anomalie de température positive sera présente sur une large partie du continent avec un excédent plus marqué vers l'Europe de l'Est. Les précipitations resteront assez déficitaires autour de la Méditerranée. L'ensemble de l'hiver 2019/2020 pourrait donc être relativement doux avec des précipitations hétérogènes en fonction des mois même si une certaine sécheresse semble se confirmer à proximité des régions méditerranéennes.

 

En France

Le mois de février pourrait être assez similaire au mois de décembre avec un temps toutefois plus anticyclonique et donc des précipitations plus faibles. Globalement, les températures s'annoncent encore une fois au-dessus des normales saisonnières avec de fréquentes périodes douces et quelques passages plus hivernaux qui resteront discrets. 

 

 

Mars : perturbé et de saison

 

Tendance saisonnière : mars 2020

 

 

En Europe

Après une longue période à dominante anticyclonique, les basses pressions semblent vouloir faire leur retour au cours du mois de mars. En effet, une anomalie dépressionnaire se dégage sur l'Atlantique nord et sur l'Europe du Nord avec une possible extension vers l'Europe de l'Ouest. Dans ce contexte, des précipitations au-dessus des normales sont attendues sur les régions sur la trajectoire des dépressions. Notons qu'une anomalie positive de température est attendue sur l'est du continent tandis que l'Irlande et une partie du Royaume-Uni pourraient observer des températures légèrement sous les normales saisonnières.

 

En France

Le mois de mars pourrait être assez humide sur la France avec de fréquents passages pluvieux liés à la forte activité dépressionnaire présente sur le nord de l'Europe. Les températures resteraient de saison voire très légèrement inférieures aux normales climatiques. Notons que toutes les régions de la France pourraient faire face à des pluies soutenues y compris les régions méditerranéennes où les vents dominants s'exprimeront une bonne partie du mois. 

 

 

En résumé...

 

Mois Description mensuelle (résumé) Fiabilité
Janvier

 

Toujours doux et sec au sud

Pas de grands changements en janvier avec toujours une certaine douceur bien installée sur le pays. Les précipitations s'annoncent déficitaires.

 

+1.0/+1.5

smiley

60%

Février

 

Douceur omniprésente et restant assez sec

Mois encore une fois sous influence anticyclonique avec des températures excédentaires. La pluviométrie restera faible.

 

+1.5/+2.0

indecision

50%

Mars

 

Perturbé et températures de saison

Changement de temps avec de fréquents passages perturbés et des températures conformes aux normales de saison.

 

=

-0.5/+0.0°C

sad

40%

 
Tendance ultérieure

 

Les premières tendances pour le trimestre avril-mai-juin indiquent la présence de températures supérieures aux normales.

Les précipitations devraient être inférieures aux normales.

 

sad

30%

 

 


 

Explications et méthodes de réalisation de nos tendances saisonnières

 

La tendance saisonnière est une discipline particulièrement complexe de la météorologie. Cette science est plutôt récente, mais en pleine expansion en raison des attentes de certaines catégories professionnelles comme le tourisme, l'agriculture, l'énergie ou encore la consommation.

 

En termes de fiabilité, les résultats restent toujours limités, et sont donc à prendre avec un certain recul. A ce jour, la fiabilité des tendances saisonnières est estimée aux alentours de 60%.

 

Dans ses tendances, Météo-Contact a pour objectif de fournir une vue générale des conditions météo qui pourraient se produire au cours des six prochains mois en France. Compte tenu du manque de fiabilité de cette science, Météo-Contact propose simplement une tendance écrite, complétée d'un graphique des écarts de températures possibles basés sur les normales de la période de référence 1981-2010.

 

La tendance saisonnière proposée par Météo-Contact est réalisée à l'aide de modèles saisonniers tels que CFS (Climate Forecast System), IRI (International Research Institute), CEPMMT (Centre européen pour les prévisions météorologiques à moyen terme) et NCEP (National Centers for Environmental Prediction). Toutes ces données sont étudiées régulièrement par nos services et aboutissent chaque mois à un ou plusieurs scénario(s) pour les six prochains mois.

 

Vous avez aimé ? Alors partagez avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

À lire aussi...

Comment promener son chien en hiver dans de bonnes conditions ?

Nous sommes en hiver et lorsque l’on a un animal de compagnie, il est important de continuer de le sortir. Voici quelques conseils...

Lire l'article

Le prochain cycle solaire sera au plus bas depuis 200 ans selon la NASA

Selon la NASA, le cycle solaire 25 sera au plus bas depuis 200 ans ! Quelles pourraient être les conséquences sur le climat et le réchauffement climatique en cours ?

Lire l'article

Réchauffement climatique : et si les stratocumulus venaient à disparaître ?

Selon une étude récente publiée fin février, le réchauffement climatique pourrait faire disparaître les stratocumulus, des nuages situés à basse altitude...

Lire l'article

Gulf Stream : mais que se passe-t-il ?

Le Gulf Stream ralentit. D'après les dernières études, le phénomène semble s'accélérer...

Lire l'article
Facebook Météo-Contact
Twitter Météo-Contact
Instagram Météo-Contact
Communiqué et Suivi de Phénomènes
Animation des précipitations en France