« Partageons ensemble le temps de demain »

Les orages - La météo en bref


 

Pour certains, ils sont fascinants, pour d'autres, ils sont effrayants. Certains vont les traquer, quelle que soit l'heure, d'autres cherchent à les éviter à tout prix. Ils sont généralement peu dangereux, mais jamais inoffensifs. Les orages sont parmi nous à longueur d'année, il est maintenant temps de savoir comment ils fonctionnent !

 

Orage - Éclair - Foudre

 

 

Qu'est-ce qu'un orage ?

 

Lorsqu'on entend un coup de tonnerre, cela suffit à dire qu'il y a un orage. Mais plus largement, il y a orage quand il y a une activité électrique au sein d'un nuage (le cumulonimbus), ou entre le cumulonimbus et le sol. C'est justement cette activité électrique, l'éclair, qui va engendrer le tonnerre.

 

 

Comment se forme un orage ?

 

Avant d'arriver à l'orage, un nuage, le cumulonimbus, doit pouvoir se former. Le cumulonimbus est un nuage aux dimensions extraordinaires. De 8 à 12 kilomètres de hauteur, il peut aspirer quelques 700 000 mètres cubes, soit près quelques 4 000 m3 d'eau sous forme de vapeur et en déverser tout autant sous forme de précipitations. Cependant, à ce stade, ce n'est toujours pas un orage.

 

Cumulonimbus

 

Ce sont les mouvements internes au nuage qui, en faisant frotter les particules les unes aux autres vont polariser le nuage et ainsi lancer le processus. Les particules (on parle ici des plus petits composants de la matière) vont se charger négativement ou positivement, mais tout cela ne se répartit pas de façon homogène.

Les particules chargées négativement s'accumulent à la base du nuage alors que les particules positives s'accumulent près du sommet ainsi que du sol. En électricité, les opposés s'attirent. De fait, les charges positives vont chercher à rejoindre les charges négatives, se forme alors l'éclair. L'éclair va donc temporairement rééquilibrer la répartition des charges au sein du nuage.

 

 

De nombreux phénomènes orageux insolites

 

Un orage est souvent accompagné de un ou plusieurs phénomènes parfois aussi impressionnants qu'intrigants. Parmi eux, on peut citer l'arcus, une formation nuageuse située à l'avant de l'orage annonciateur de vents parfois violents au passage de ce dernier.

 

Arcus

Arcus

 

 

On peut aussi évoquer les mammatus, témoins d'une très forte instabilité. Ce sont des excroissances du cumulonimbus en forme de mamelles, expliquant l'origine du nom.

 

Mammatus

Mammatus

 

Vous avez aimé ? Alors partagez avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

À lire aussi...

Températures estivales la semaine prochaine

Les conditions météo vont s'avérer largement estivales ces prochains jours en France avec un soleil dominant et des températures chaudes...

Lire l'article

Les traînées des avions contribuent-elles au réchauffement climatique ?

Une nouvelle étude confirme à nouveau que les traînées des avions participent au réchauffement climatique. Quelques explications...

Lire l'article

Un mois de mai très contrasté

Le mois de mai 2018 a été inégal en termes de précipitations, plus chaud et ensoleillé dans le Nord et plus humide et maussade dans le Sud...

Lire l'article

L'activité solaire en déclin

L'activité solaire continue de faiblir en ce cycle 24. Des conséquences sur l'avenir ? Un prochain minimum sera t-il atteint ?

Lire l'article
Facebook Météo-Contact
Twitter Météo-Contact
Instagram Météo-Contact
Communiqué et Suivi de Phénomènes
Vos photos
Animation des précipitations en France