« Partageons ensemble le temps de demain »

Bilan climatique juillet 2015


 

Dans la continuité des mois précédents, le mois de juillet 2015 s'est avéré largement supérieur à la normale concernant les températures. La France a bénéficié de conditions durablement anticycloniques les trois premières semaines du mois, propices à l'installation de deux vagues de chaleur notables.

La première vague de chaleur a été observée la première semaine où de nombreux records mensuels voire même absolus ont été battus. On relevait par exemple 41.1°C à Saint-Étienne (42) le 7 juillet, battant le record absolu du 31/07/1983 qui s'établissait à 40.8°C ; 40.3°C à Issoire (63) battant le record mensuel du 03/07/2015 qui s'établissait à 39.8°C ; 38.8°C à Chambéry (73), battant le record mensuel du 11/07/1984 qui s'établissait à 38.3°C. Le 6 juillet, c'est le Puy-en-Velay (43) qui battait son record absolu, avec 36.6°C. De manière générale, on relevait souvent entre 35 et 40°C sur les régions du Sud et de l'Est durant cette période.

La seconde vague de chaleur, moins intense que la précédente, a concerné notre pays vers le milieu du mois. Toutefois, les températures ont été régulièrement excédentaires entre le 10 et 25, avant un net rafraîchissement.

 

Écart à la moyenne de températures en juillet depuis 1921

 

Rares ont été les perturbations à traverser la France en ce mois de juillet. Résultat, les précipitations ont été très déficitaires sur 80 % du territoire national. Les déficits les plus notables ont été observés en Méditerranée, ou encore de l'Aquitaine et des Charentes jusqu'au bassin parisien et au Nord-Est. A titre d'exemple, on a relevé un 0 pointé à Nice (06), seulement 1.4 mm à Leucate (11), 4.7 mm à Millau (12), 6.5 mm à Montpellier (34), 7.4 mm à Auxerre (89), 12.2 mm à Limoges (87), 13.4 mm à Metz (57), 14.2 mm à Poitiers (86), 14.6 mm à Reims (51).

En revanche, les précipitations ont été plutôt excédentaires en Bretagne, Normandie et sur la côte d'Opale. On a relevé 58.6 mm à Cherbourg (50), 64.1 mm à Deauville (14), 65.2 mm à Boulogne (62), 67.3 mm à Dinard (35), 68.7 mm à Vannes (56), 79.9 mm à Quimper (29).

 

Le soleil a brillé généreusement sur les ¾ de la France, sans pour autant atteindre des niveaux remarquables (excepté quelques records mensuels). Les excédents ont atteint le plus souvent 10 à 20 % entre le Sud-Ouest et le Centre-Est. On a relevé par exemple, 282.5 heures d'ensoleillement à Strasbourg (67), 299.8 heures à Colmar (68), 309.8 heures à Clermont-Ferrand (63) battant le record de juillet 2013 qui s'établissait à 306h ; 341.7 heures à Lyon (69) battant le record de juillet 2006 qui s'établissait à 330h ; 385.3 heures à Nice (06), 395.6 heures à Marseille (13).

A contrario, l'ensoleillement a été déficitaire dans le nord-ouest du pays, avec un déficit allant jusqu'à 20 % sur le Finistère. Seulement 149.2 heures de soleil observées à Brest (29) ou encore 159.9 heures à Quimper (29).

 


 

 

Températures largement supérieures à la normale

Moyénées sur l'ensemble du mois et de la France, les températures du mois de juillet 2015 ont dépassé de 2.0°C la normale par rapport à la moyenne de référence 1981-2010, classant ce mois de juillet en 3ème position des mois de juillet les plus chauds depuis le début du 20ème siècle, derrière 2006 (+3.6°C), et 1983 (+2.6°C).

 

Précipitations très déficitaires

A l'échelle de la France, les précipitations ont été très déficitaires, de plus de 40 % par rapport à la moyenne de référence 1981-2010.

 

Ensoleillement légèrement supérieur à la normale

L'ensoleillement a été quant à lui légèrement supérieur à la normale par rapport à la moyenne de référence 1991-2010, avec un excédent proche de 10 %.

 

Vous avez aimé ? Alors partagez avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

À lire aussi...

De la douceur au menu météo des jours à venir

De la douceur, beaucoup de douceur : voilà le programme de la semaine à venir en France. Les températures vont toutefois baisser dès vendredi par le Nord-Est...

Lire l'article

Comment El Niño pourrait finalement nous apporter du froid cet hiver ?

L'impact de l'ENSO sur nos hivers est plus ou moins connu même si quelques doutes subsistent encore. L'épisode El Niño pourrait finalement apporter du froid cet hiver...

Lire l'article

Rejoignez la Team Météo-Contact et participez à son développement

Dans le cadre de son développement grand public, Météo-Contact recherche des passionnés de météo. N'hésitez pas à candidater...

Lire l'article

Tendance saisonnière : hiver 2018-2019

La réactualisation des tendances saisonnières nous projette au mois de décembre 2018. Quelles sont les premières tendances sur l'hiver 2018-2019 ? Avec quels outils nous les réalisons...

Lire l'article
Facebook Météo-Contact
Twitter Météo-Contact
Instagram Météo-Contact
Communiqué et Suivi de Phénomènes
Vos photos
Animation des précipitations en France