« Le saviez-vous ? » : orages du 26-27 juillet 2013


 

Nous entrons petit à petit dans la saison orageuse, c'est pourquoi nous vous proposions un « le saviez-vous » au sujet des orages la semaine dernière. Nous vous expliquions à travers celui-ci ce qu'était un orage, les différents types d'orages etc. Nous allons aujourd'hui rester sur le sujet des orages.

En effet, après avoir vu la "théorie" nous allons maintenant étudier une dégradation orageuse marquante à travers plusieurs chiffres clés. Ainsi vous allez découvrir ou redécouvrir la dégradation orageuse exceptionnelle du 26 et 27 juillet 2013.

 

Orage dans le Poitou au cours de la nuit du 26 au 27 juillet 2013 | Crédit photo : Anthony Grillon 

Orage dans le Poitou au cours de la nuit du 26 au 27 juillet 2013 | Crédit photo : Anthony Grillon 

 

 

190

Au passage d'un MCS arqué (bow echo), de violentes rafales de vent se sont déclenchées entre Pays de la Loire et Nord-Pas-De-Calais. Généralement comprises entre 110 et 130 km/h, elles ont été bien plus importantes du côté de la Seine-Maritime où les valeurs de vent ont avoisiné les 160 à 190 km/h !

La nuit précédente, des orages très venteux avaient déjà éclatés notamment du côté de la Gironde et du Poitou où l'on a observé respectivement des rafales à 160 et 130 km/h.

 

MCC

Dans la nuit du 26 au 27 juillet 2013, un MCC (complexe convectif de méso-échelle) comportant un derecho en son sein a traversé la France et s'est montré particulièrement violent avec fortes pluies, grêle et fortes rafales de vent. Comme nous l'expliquions ci-haut, de très violentes rafales de vent ont été observées sur un axe de plus de 400 km de long, ce qui a provoqué de très gros dégâts là où les orages sont passés. Le précédent MCC datait de juillet 2010. Depuis juillet 2013, un autre MCC s'est produit en France durant l'été 2015.

 

7

Les grêlons ont atteint pas moins de 7 cm au passage de certains orages. Cette valeur extrême illustre parfaitement le caractère violent des orages qui ont eu lieu, ainsi on observait fréquemment des spécimens faisant la taille de balles de tennis. Ceci a logiquement engendré de lourds dégâts. Contrairement à ce que l'on pourrait penser, les grêlons géants n'interviennent pas qu'aux États-Unis. En effet, ils sont tout à fait possibles en France lors de dégradations orageuses marquées comme lors de l'épisode de début juin 2014 où des grêlons de 12 cm de diamètre ont été observés au nord de la Seine.

 

Twitter Facebook