« Partageons ensemble le temps de demain »

« Le saviez-vous ? » : le soleil et le climat...


 

La question du climat fait aujourd'hui l'objet d'enjeux internationaux au centre des politiques. En effet l'origine anthropique du "réchauffement climatique" paraît comme certaine et donc les états tentent de remédier au problème. Mais ne serions nous pas en train de lutter "dans le vide" ? Et si le soleil était à l'origine des changements climatiques (réchauffements et refroidissements) ? C'est une hypothèse prise très au sérieux par la communauté scientifique et c'est ce dont nous allons vous parler aujourd'hui. Bien entendu Météo-Contact reste neutre par rapport à la question du climat et cherche donc simplement à enrichir vos connaissances.

 

 

Minimum de Maunder, de Dalton et optimum Médiéval...

 

Cette idée que le soleil est un des moteurs de notre climat ne date pas d'aujourd'hui et est loin d'être infondée. En effet, nous retrouvons des traces de climatologie dès la Grèce antique. C'est d'ailleurs durant cette période que les premiers ouvrages en lien avec le climat ont été publiés. Par exemple certains "climatologues" de l'époque se sont interrogés sur le lien entre le climat et les plantes ou bien entre le climat et les crues du Nil. Par exemple Aristote s'interrogea sur l'interaction entre le soleil et la Terre. Ainsi tout au long des siècles qui ont suivi, de nombreux scientifiques se sont intéressés aux effets que le soleil a sur notre Terre et plus particulièrement sur notre climat.

Pour appuyer cette théorie, nous pouvons nous appuyer sur divers événements astronomiques ayant probablement eu des effets au niveau climatologique tels que le minimun de Maunder, de Dalton ou bien l'optimum Médiéval.

 

Evolution du nombre de taches solaires par an

 

Les deux minimums correspondent à des périodes où l'activité solaire s'est avérée particulièrement faible, c'est à dire que le nombre de tâches solaires était très faible voire nul. En effet, l'activité solaire se mesure en partie grâce au nombre de tâches présentes à la surface de notre astre, si bien que quand elles sont peu nombreuses l'activité est faible et quand elles sont nombreuses l'activité est forte. Donc, durant ces deux minimums, l'activité solaire fut très faible et le climat s'en trouva... rafraîchit ! Pendant des dizaines d'années les hivers furent rudes et les étés pourris en Europe si bien que l'hiver la Tamise gelait (de 1607 à 1814), la Seine s'est elle aussi retrouvée plusieurs fois sous la glace. Ce refroidissement ne s'est pas fait d'un coup. En effet, il s'est mis en place durant de longues années puisque cette période qualifiée de "petit âge glaciaire" a duré du XIVe au XIXe siècle, affectant de manière significative les activités humaines. Par exemple à Paris lors des hivers les plus rigoureux, le vin était débité des tonneaux à la hache. D'ailleurs cette succession d'hivers froids et d'étés pourris contribua fortement à la mise en place de la révolution française à la fin du XVIIe siècle.

 

Evolution de la température entre 1680 et 1780

 

A contrario, durant l'optimum médiéval, période pendant laquelle l'activité solaire a été particulièrement forte, les températures ont été bien plus élevées que la normale avec des hivers doux et humides et des étés très souvent chauds et secs. D'ailleurs, cette période de grande douceur a été à l'origine d'une croissance importante des richesses et du niveau de vie des européens. En effet, le climat qui régnait à cette époque a permis aux paysans de faire de bonnes récoltes, or les économies du moyen âge tournaient essentiellement autour de l'agriculture. 

On comprend donc qu'il y a une corrélation entre l'activité solaire et le climat mais celle-ci n'est pas systématique. De plus, il y a un temps d'écart entre la cause et la conséquence, si bien que la corrélation peut parfois être difficile à déceler. Cependant, le soleil n'est pas le seul moteur de notre climat, celui-ci peut par exemple être influencé par les volcans, l'éloignement de la Terre par rapport au soleil, ou bien les Hommes...

 

Vous avez aimé ? Alors partagez avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

À lire aussi...

Retour de la douceur la semaine prochaine

La fraîcheur actuelle va laisser place à la douceur en cours de semaine prochaine mais tous les scénarios restent encore possibles au-delà de vendredi prochain...

Lire l'article

Le "raz de marée" du 16 novembre 1940

Il y a tout juste 77 ans, un "raz de marée" a frappé les côtes vendéennes. Retour sur cet événement qui a tout détruit sur son passage...

Lire l'article

Un nombre de tâches solaires au plus bas

L'activité solaire n'est pas encore au plus bas, mais le nombre de tâches solaires demeure nul. Cela aura t-il des effets sur le climat terrestre ?

Lire l'article

Retour de la Niña cet hiver

Où se situe l'ENSO actuellement ? Quelle évolution ultérieure pouvons-nous attendre de ce phénomène ?

Lire l'article
Facebook Météo-Contact
Twitter Météo-Contact
Instagram Météo-Contact
Communiqué et Suivi de Phénomènes
Vos photos
Animation des précipitations en France