« Partageons ensemble le temps de demain »

La météo en bref - Les rafales descendantes


 

Évènements généralement liés aux orages, les rafales descendantes peuvent se distinguer par leur violence ou encore leur furtivité. Explications.

 

Rafale descendante

Amas de précipitation pouvant trahir une rafale descendante (photo de @tornadoinitalia | lien)

 

 

Qu’est-ce qu’une rafale descendante ?

 

Il s’agit d’un phénomène qui porte très bien son nom. C’est d’un courant d’air descendant depuis le cumulonimbus jusqu’au sol. L’air peut être humide ou sec, c’est-à-dire accompagné ou non de précipitations.

 

 

Comment fonctionne une rafale descendante ?

 

Lors du développement d’une cellule, des courants ascendants et descendants coexistent. Ce sont eux qui donnent la dynamique de la cellule. De plus, les précipitations alimentent dans une certaine mesure le courant descendant jusqu’au sol. Ce sont les rafales classiques du vent sous orage.

Cependant, lorsque les masses d’eau précipitables sont conséquentes, l’énergie potentielle de convection non négligeable et les différences de températures importantes, le volume d’air présent en altitude peut « décrocher » car il n’est plus supporté par le courant ascendant et ainsi se diriger vers le sol plus rapidement que la « normale » et l’atteindre violemment.

Cependant, ce n’est pas le courant descendant lui-même qui fait la violence de la rafale mais la rencontre avec le sol. Le courant, en rencontrant le sol, s’y écrase littéralement et c’est à ce moment précis que les rafales sont les plus violentes.

 

 

La notion d’échelle ; micro- et macrorafales

 

Les rafales descendantes sont classées selon l’étendue de leurs dégâts. Lorsque la zone sinistrée présente une diagonale supérieure à 4 km, alors on parle de macrorafale. A l’inverse, lorsque la plus grande diagonale de la zone en question est inférieure à 4 km, alors il s’agit d’une microrafale.

 

 

Un phénomène dérivé particulièrement destructeur, les microrafales en rotor

 

Lors du trajet parcouru par le courant descendant entre la base du nuage et le sol, il se peut que se mettent en place des rouleaux de vent horizontaux. Ces rouleaux, sont périphériques au courant principal.

Lorsque ledit courant atteint le sol, alors ces rouleaux n’en sont pas loin et l’accélération du courant à la rencontre du sol provoque une accélération importante des rouleaux. De plus, ils subissent l’accélération quasiment au niveau du sol, qu’ils impactent avec plus ou moins de vigueur. Mais quand ils touchent le sol avec leur pleine puissance, ces rotors peuvent être dévastateurs, car atteindre des vitesses très importantes.

PS : Ceci est un modèle proposé à l’issue des travaux de Brian R. Waranauskas, The University of Chicago Chicago, Illinois. Il date de 1985 et est donc à prendre avec du recul. Ceci est une vision simplifiée du modèle qui, depuis cette date, a sans doute subit de nombreuses évolutions.

 

 

Quelques données

 

Les micro- et macrorafales ne durent généralement pas plus de cinq minutes. Les vents atteignent régulièrement les 120 km/h et excèdent parfois les 150 km/h en France. Les dégâts sont quant à eux caractéristiques avec, vu du ciel, des dégâts ne présentant pas de direction bien déterminée, conséquence de l’écrasement du volume d’air.

 

Vous avez aimé ? Alors partagez avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

À lire aussi...

Fortes chaleurs attendues entre dimanche et jeudi prochain

Les conditions estivales se poursuivent en France en ce mois de juillet et une nouvelle bouffée de chaleur intense est attendue la semaine prochaine...

Lire l'article

La sécheresse continue de s’aggraver en France

Après une année 2018 plutôt sèche, 2019 n'échappe pas à la règle avec une sécheresse déjà bien présente sur le pays et particulièrement précoce...

Lire l'article

Un ensoleillement très généreux au nord

Sur la période du 1er au 15 juillet, l'ensoleillement est globalement généreux, en particulier dans le Nord-Ouest où la barre des 200 heures est frôlée...

Lire l'article

SST : la Méditerranée en surchauffe !

La chaleur durable et la canicule exceptionnelle de la fin juin ont favorisé une nette hausse des températures de la mer en Méditerranée ces dernières semaines...

Lire l'article
Facebook Météo-Contact
Twitter Météo-Contact
Instagram Météo-Contact
Communiqué et Suivi de Phénomènes
Vos photos
Animation des précipitations en France