« Partageons ensemble le temps de demain »

La météo en bref - Les MCS et MCC


 

Trois lettres pour abréger deux phénomènes convectifs orageux de grande ampleur. Voyons plus en détails ces systèmes.

 

Vue Infrarouge d'un MCC aux États-Unis

Vue Infrarouge d'un MCC aux État-Unis, dans l'État du Minnesota. Pour donner une idée, la frontière au sud du MCC est longue de 420km.

 

 

MCS et MCC, qu’est-ce c’est ?

 

Un MCS, pour Mesoscale Convective System (il faut y comprendre système convectif de méso-échelle), est un amas organisé d’orages multicellulaires voire supercellulaires dont l’évolution spatiale et temporelle est généralement corrélée avec l’arrivée ou le passage d’un front froid sur le pays.

Pour être qualifié de MCS, un système convectif doit couvrir une grande surface (de l’ordre d’une région) et subir une importante activité convective. Cependant, il ne s’agit pas d’un type d’orage particulier mais plutôt d’un ensemble de cas de figure répondant aux critères précédents.

Le MCC, pour Mesoscale Convective Complex (Complexe convectif de méso-échelle), est quant à lui un MCS répondant à des critères encore plus particuliers.

 

 

Les critères des MCC

 

Alors qu’un MCS ne répond pas à des données strictes mais assez relatives aux régions impactées, un MCC est un phénomène répondant à des critères absolus :

  • 100 000 km² ou plus de sommets nuageux dont la température est inférieure à -32°C
  • 50 000 km² à minima de sommets nuageux dont la température est inférieure à -52°C
  • Une durée de vie supérieure ou égale à 6h
  • Le rapport de la plus petite diagonale sur la plus grande supérieure ou égale à 0.7 (Un système qui s’apparente donc à un ovale peu étiré)

Ces critères portent le nom de critères de Maddox.

 

 

Quelques configurations de MCS possibles

 

  • Les LEWP ou Line Echo Wave Pattern (Traduction approximative : Système linéaire d’échos radar en vague)

Il s’agit d’une ligne de grains géographiquement étendue et originellement assez linéaire ayant subie des variations de vitesse du flux dominant. Ainsi, on retrouve des ondulations sur l’écho relatives à une progression plus ou moins rapide des cellules selon leurs positions respectives.

 

  • Les Bow Echos (ou Echos en arc)

Un écho en arc est la conséquence de l’accélération du flux dominant au sein d’un système relativement linéaire. Le système se bombe alors vers l’avant et donne ainsi un aspect arqué.

 

 

Tous les systèmes évoqués ici ont un potentiel de phénomènes violents élevé. Aussi bien les MCS que les MCC sont des systèmes organisés ayant une durée de vie relativement longue. L’activité électrique y est souvent intense et le potentiel venteux très élevé. Dans de rares cas, on peut observer des tornades, notamment en bordures de systèmes plus linéaires.

 

Vous avez aimé ? Alors partagez avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

À lire aussi...

Vers un refroidissement en fin de semaine ?

Un puissant anticyclone va se positionner sur l'Atlantique en fin de semaine véhiculant une masse d'air d'origine polaire sur la France...

Lire l'article

Retour de l'anticyclone sur l'Hexagone

Après de longues semaines d'absence, l'anticyclone des Açores revient sur le territoire français pour plusieurs jours consécutifs...

Lire l'article

Un début de printemps maussade

Ce début de printemps météorologique se poursuit dans la même continuité que l'hiver passé avec un temps perturbé et doux...

Lire l'article

Un hiver exceptionnellement doux en Europe

L'hiver 2019-2020 aura été marquant sur une grande partie de l'Europe dont la France avec une douceur exceptionnelle. Pourquoi une telle douceur ?

Lire l'article
Facebook Météo-Contact
Twitter Météo-Contact
Instagram Météo-Contact
Communiqué et Suivi de Phénomènes
Animation des précipitations en France