« Le saviez-vous ? » : les volcans et le climat...


 

Après avoir évoqué l'influence du soleil sur notre climat, nous allons maintenant nous intéresser aux effets qu'ont les volcans sur les variations climatiques. En effet, bien que le soleil soit un des acteurs principaux de l'évolution climatique, d'autres facteurs affectent le climat comme les courants marins (par exemple une déviation du gulf-stream vers le sud refroidirait les eaux de l'Atlantique Nord et serait donc susceptible d'entraîner une baisse des températures en Europe), ou bien les volcans. Volcans, supervolcans et changements climatiques : nous vous disons tout dans ce numéro de « le saviez-vous ? ».

 

Volcan

 

 

Deux types de volcans...

 

Pour évoquer et mesurer l'impact que les volcans ont sur le climat, il convient de les différencier en deux grandes familles. Tout d'abord, il y a les volcans effusifs, ceux-ci ont des éruptions plutôt fréquentes à l'image du Piton de la Fournaise (Réunion). Ils expulsent de la lave qui coule lentement sur leurs flancs à une vitesse moyenne de 10 km/h, ils sont responsables d'importants dégâts mais ne font que peu de victimes. Au contraire, les volcans explosifs sont bien plus dangereux puisqu'ils projettent de la lave et des roches à des centaines de mètres du lieu de l'éruption voire même plusieurs dizaines de kilomètres. Ils génèrent une nuée ardente se déplaçant à plus de 500 km/h et pouvant atteindre une température de 700 °C ! L'explosion est tellement puissante que le volcan lui-même peut être détruit ou partiellement détruit par l'explosion.

 

La différence entre les volcans s'explique de part la nature de leur lave. En effet, pour les volcans effusifs, elle est totalement liquide et sort donc sans problème de la cheminée, c'est pourquoi la lave coule lentement sur les flancs du volcan. Au contraire, les volcans explosifs -ou gris- ont une lave visqueuse qui s'évacue mal. Celle-ci forme alors un dôme à l'intérieur du volcan rempli de magma et surtout de gaz ne pouvant s'échapper de la chambre magmatique, car bloqués par la lave. Il suffit alors d'une simple hausse de pression au-dessus du point de rupture des roches pour qu'une violente explosion ne se déclenche. Mais les volcans gris ne sont pas les seuls à connaître des éruptions explosives, en effet les volcans rouges -effusifs- peuvent aussi connaître des phases explosives.

 

Éruption volcanique

 

 

Volcans, supervolcans et changements climatiques...

 

Ce sont donc les volcans gris qui influencent le climat. En effet, lors de l'explosion, ils envoient dans l'atmosphère des tonnes de poussières jusqu'à plus de 10 000 m d'altitude parfois. Si l'éruption s'inscrit dans la durée, les quantités de poussières dans l'atmosphère peuvent être très conséquentes. A partir d'un certain seuil, les rejets volcaniques vont commencer à filtrer les rayons du soleil et donc en renvoyer une infime partie -généralement autour de 1%- ce qui va par conséquent contribuer à un refroidissement. En effet, si les rayons du soleil sont absorbés ou renvoyés par les aérosols, les gaz à effet de serre ne pourront être agités par les rayons solaires. Si ces gaz ne sont pas agités, ils ne produiront pas de chaleur ou moins. De ce fait, si une partie des rayons du soleil est directement renvoyée dans l'espace, alors les gaz seront moins agités et les températures baisseront.

 

Justement, la Terre a déjà connu des éruptions explosives conséquentes qui ont eu un effet sur le climat. La plus connue est celle du Pinatubo entre juin et septembre 1991. Son impact sur le climat s'est mesuré à l'échelle mondiale puisque les températures moyennes au niveau du sol ont perdu entre 0.5 et 0.6 °C sur l'hémisphère Nord et 0.4 °C sur tout le globe. Par ailleurs, on a observé une baisse de la luminosité d'environ 10% au niveau terrestre en raison de la forte concentration en poussières et aérosols dans la stratosphère. Néanmoins, même si les températures au sol ont diminué, la température de la stratosphère a au contraire augmenté puisque les aérosols ont absorbé les rayons solaires. Mais cette éruption n'a pas seulement eu un effet sur les températures. En effet, on peut lui attribuer le temps pluvieux de 1992 en Amérique du Nord et les inondations de 1993 dans l'ouest des États-Unis et du Canada puisque les aérosols ont augmenté la condensation au sein des nuages et donc contribué à une augmentation des précipitations; on appelle cela "ensemencement des nuages". Les poussières ont fait le tour complet de la Terre plusieurs fois pendant environ trois ans. On constate aussi que ces poussières ont eu un effet sur la couche d'ozone.

 

Même si les effets économiques et climatiques ont été importants, ils n'ont pas été durables. Mais que se passerait-il si un volcan "géant" entrait durablement en éruption ? A vrai dire, nous savons que ces volcans géants appelés supervolcans ont déjà affecté notre planète. La super éruption la plus récente date d'il y a 26 500 ans au Lac Taupo en Nouvelle-Zélande. Une autre éruption bien connue des scientifiques est celle du lac Toba il y a 73 000 ans en Indonésie. Celle-ci est connue puisqu'elle fait l'objet de la "théorie de la catastrophe de Toba". En effet, le professeur Stanley H. Ambrose estime que cette éruption est à l'origine d'une baisse très importante des températures sur Terre et a entraîné un hiver volcanique particulièrement long (les hivers volcaniques peuvent durer parfois plus de 10 ans lors de super éruptions). Cet hiver volcanique serait responsable d'une extrême réduction des hominidés sur Terre si bien que seuls quelques groupes ont réussi à survivre durant cette période apocalyptique. Nous ne pouvons pas prévoir quand aura lieu la prochaine super éruption puisque celles-ci sont soudaines, cependant nous savons qu'elles se produisent en moyenne tous les 20 000 à 30 000 ans. Le réveil d'un supervolcan est donc imminent (rassurez-vous, c'est imminent à l'échelle terrestre, donc peut-être que cette éruption aura lieu demain comme elle pourrait avoir lieu dans 2 000 ans). D'ailleurs les scientifiques s'accordent à dire que le lieu le plus à risque serait le célèbre Lac de Yellowstone...

 

En guise de conclusion : « les volcans forment des montagnes ; les supervolcans les détruisent. Les volcans tuent plantes et animaux à des kilomètres à la ronde ; les super-volcans menacent d'extinction des espèces entières en provoquant des changements climatiques à l'échelle planétaire ».

 

Twitter Facebook