Bilan climatique juillet 2014


 

Après un mois de juin particulièrement estival, le temps a été plutôt mitigé au cours du mois de juillet, et ce sur bon nombre de nos départements. Les températures ont enregistré des valeurs proches ou légèrement inférieures aux normales sur une grande moitié sud, et même très inférieures aux normales dans le sud-est (déficit thermique de -1 à -2°C). A contrario, au nord les températures ont été un peu supérieures aux moyennes saisonnières, en particulier près de la Manche où l'excédent thermique atteint parfois 1 degré.

En ce qui concerne la pluviométrie, aucune région n'a été épargnée par les pluies. Les précipitations ont été le plus souvent deux fois supérieures à la normale, voire davantage près des Cévennes et en Corse. En revanche, les pluies ont été moins nombreuses sur la partie nord-ouest de la Bretagne, dans le secteur de Cherbourg mais surtout à proximité du littoral varois où le déficit varie entre 50 et 100 %.

Quant à l'ensoleillement, il s'est avéré déficitaire sur les ¾ est de la France (déficit de 10 à 30 % selon les régions). Près des côtes Atlantiques, le soleil a été généreux, plus particulièrement entre la Bretagne et le Cotentin où ce dernier a brillé 10 à 20 % de plus que la moyenne.

 

Température moyenne observée en juillet depuis 1921

 

Températures dans les normales

Moyennées sur l'ensemble de nos régions, les températures ont accusé un léger déficit de l'ordre de 0,1°C par rapport à la normale de référence 1981-2010.

 

Précipitations fréquentes

Concernant les précipitations, le mois de juillet 2014 est le mois de juillet le plus humide de ces 50 dernières années. La moyenne nationale fait état d'un excédent supérieur à 80 % par rapport à la période de référence 1981-2010.

 

Ensoleillement faible

Sur l'ensemble du mois, l'ensoleillement a enregistré un déficit de près de 15 % par rapport à la moyenne de référence 1991-2010.

 

Twitter Facebook