Événements climatiques : année 2016


 

Janvier Février Mars Avril Mai Juin
Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre

 

 

Mois de janvier

 

 18 janvier 2016

Comme prévu, la neige a fait parler d'elle en début de semaine entre l'intérieur de la Normandie, le Centre et le Sud-Est. Petit tour d'horizon de ce bref épisode neigeux qui a concerné la France...

 

Elle était prévue, la perturbation qui a traversé la France entre dimanche soir et la nuit de lundi à mardi, a apporté un peu de neige sur une partie de nos régions.

2 à 5 centimètres ont été observés dans le Centre, notamment en Touraine et le Maine, avant que la zone neigeuse se décale vers le Centre-Est et le Sud-Est en cours d'après-midi de lundi. Si la neige a tenu à une altitude souvent supérieure à 200 mètres dans le Sud, elle a réussi à s'inviter jusqu'à Carcassonne, déposant 2 à 3 centimètres, voire un peu plus en périphérie.

 

Voici plusieurs photos envoyées via notre communauté Facebook, prises dans la Sarthe (72), l'Aude (11) ou encore la Côte d'Or (21). 

 

Neige - Arzens (Aude) le 18 janvier 2016

Quelques centimètres de neige observés à Arzens dans le département de l'Aude (11). L'épaisseur de neige a pu atteindre 5 à 10 centimètres au pic du passage neigeux entre 12h45 et 15h30.

Crédit photo : Nicolas Auriol

 

Neige - Arzens (Aude) le 18 janvier 2016

Deuxième photographie prise à Arzens, témoignant d'une belle épaisseur de neige.

Crédit photo : Nicolas Auriol

 

Neige - Brûlon (Sarthe) le 18 janvier 2016

La neige a blanchi le département de la Sarthe (72) au petit matin, comme ici à Brûlon.

Crédit photo : Quent Orage

 

 


 

 

Mois de février

 

 Fortes intempéries entre le 6 et 10 février 2016

Comme anticipé par nos services, le temps a été très agité durant le week-end du 6 et 7 février 2016, ainsi qu'au cours des journées de lundi, mardi et mercredi. Cette période a été marquée par plusieurs coups de vent et tempêtes, de fortes pluies ainsi que de puissants orages.

 

 

Pluie du week-end (6 et 7 février)

Tout d'abord, ce sont les pluies qui ont fait parler d'elles. En effet, un épisode pluvieux marqué a concerné un petit quart sud-est de la France. Ainsi, les précipitations se sont montrées intenses avec des cumuls de précipitations conséquents comme à Barnas (07) où l'on a relevé pas moins de 151.2 mm. Néanmoins, les dégâts et les crues sont restés plutôt localisés.

 

Cumuls de pluie observés au cours du week-end du 6 et 7 février 2016

Cumuls de pluie observés au cours du week-end du 6 et 7 février 2016

 

 

Dimanche 7 février 2016

Après les pluies, un premier coup de vent a eu lieu au Nord-Ouest juste avant la tempête du lundi 8 février. Au passage du front froid parfois bien pluvieux, les rafales ont été assez fortes surtout en Bretagne où l'on a relevé 137 km/h à Camaret-sur-mer (29) ou bien 120 km/h à Ouessant (29).

Dans le même temps un coup de vent de sud a eu lieu dans le couloir rhodanien avec des rafales supérieures à 90 km/h.

 

 

Rafales de vent observées au cours du week-end du 6 et 7 février 2016

Rafales de vent observées au cours du week-end du 6 et 7 février 2016

 

 

Lundi 8 février 2016

Le coup de vent de la veille a laissé place à une véritable tempête sur la moitié nord et en particulier près des côtes de la Manche. En effet, un vaste système dépressionnaire positionné sur les îles Britanniques a permis à une dépression positionnée sur l'Atlantique Nord de venir longer les côtes de la Manche. Au passage de celle-ci, de fortes averses et de puissants orages (locaux) se sont développés.

Ces averses ont permis le déclenchement de rafales convectives virulentes généralement comprises entre 120 et 130 km/h sur la côte, plus de 140 km/h sur certains caps. Dans les terres, les rafales mesurées se situaient entre 100 et 120 km/h, par exemple 115 km/h ont été relevés à Caen (14).

Les dégâts ont été localement importants avec de fréquentes coupures de courant, chutes d'arbres ou bien de panneaux. Une rafale convective sévère a provoqué de lourds dégâts sur un gymnase dans le département du Pas de Calais.

 

 

Voici une liste de rafales observées le 8 février 2016 :

 

  • 147 km/h à L'île de Groix (56)
  • 145 km/h au Cap de la Hève (76)
  • 139 km/h à Boulogne-sur-Mer (62)
  • 138 km/h à Brignogan (29)
  • 138 km/h à Camaret-sur-Mer (29)
  • 137 km/h à la Pointe de Penmarc'h (29)
  • 136 km/h au Cap Gris Nez (62)
  • 133 km/h à Ouessant (29)
  • 133 km/h à la Pointe du Raz (29)
  • 131 km/h à Cherbourg-Octeville (50)
  • 127 km/h à la Pointe de Chemoulin (44)
  • 126 km/h à la Pointe Saint-Mathieu (29)
  • 126 km/h au Cap la Hague (50)
  • 113 km/h à Toussus-le-Noble (78)

 

 

Mardi 9 février 2016

Le lendemain, un petit creusement secondaire a longé les côtes de la Manche, il a engendré un puissant coup de vent sur une bande s'étirant du Centre-Ouest au Nord-Est. En soit, ce n'est pas la dépression en elle-même qui a généré ces puissantes rafales de vent mais, comme la veille de fortes averses et des orages parfois très puissants.

Dès le matin, de virulents orages se sont déclenchés dans le centre du pays en produisant déjà de fortes rafales. Au fur et à mesure du temps ces orages se sont davantage développés tout en progressant vers les régions du Nord-Est en produisant de fortes rafales de vent.

Même si les valeurs de vent relevées sont moins importantes que la veille, elles n'en restent pas moins puissantes, d'autant plus que cela s'est principalement produit dans les terres. Par ailleurs, les cumuls de pluie relevés dans le Sud-Ouest ont été parfois assez notables, qui combinés avec les fortes marées, ont occasionné des débordements généralement locaux.

 

 

Voici une liste de rafales observées le 9 février 2016 :

 

  • 149 km/h à l'île de Groix (56)
  • 138 km/h à Penmarch (29)
  • 126 km/h à Belle-Ile (56)
  • 120 km/h à Saulieu (52)
  • 117 km/h à Chambéry (73)
  • 116 km/h à Chaumont (52)
  • 112 km/h à Châteauroux (36)
  • 111 km/h à Clamecy (58)
  • 110 km/h à Trappes (78)
  • 107 km/h à Poitiers (86) et Troyes (10)
  • 105 km/h à Niort (79)
  • 98 km/h à Orléans (45)
  • 97 km/h à Blois (41)
  • 94 km/h à Auxerre (89)
  • 93 km/h à Laval (53)

 

 

Mercredi 10 février 2016

Enfin, mercredi 10 février,  c'est la Corse qui a subi les caprices de la météoDe violentes rafales ont été relevées entre le littoral et les sommets montagneuxLe Cap Corse et le Cap Sagro ont enregistré des rafales supérieures à 160 km/h avec respectivement 163 et 170 km/h. Ailleurs, les rafales ont été plus limitées et comprises entre 100 et 130 km/h.

 

 

Voici une liste de rafales observées le 10 février 2016 :

 

  • 170 km/h au Cap Sagro (2B)
  • 163 km/h au Cap Corse (2B)
  • 134 km/h à l'Île-Rousse (2B)
  • 133 km/h au Mont Cenis (2 042m) (73)
  • 132 km/h au Cap Pertusato (2A), à Bastia (2B) et à Saint-Cézaire-sur-Siagne (06)
  • 131 km/h à l'Aiguille du Midi (3 845m) (74)
  • 125 km/h à Solenzara (2B)
  • 124 km/h à Alistro (2B)
  • 120 km/h à la Chiappa (2A)
  • 116 km/h à Sampolo (2A)
  • 111 km/h au Mas (06), et à Corte (2B)
  • 105 km/h à Quenza (2A)

 

En ce qui concerne les submersions marines, celles-ci ont produit des dégâts assez réduits sur des portions limitées du littoral, aucun dégat remarquable n'est à déplorer.

Par ailleurs, des chutes de neige la plupart du temps sans conséquences ont eu lieu dans le Nord-Ouest, principalement entre Bretagne, Normandie, Ile-de-France et Nord-Pas-de-Calais. (En fin de journée de mardi et dans la nuit de mardi à mecredi).

 

 

 Douceur exceptionnelle dans le Sud le 21 février 2016

 

La Ciotat - 21 février 2016

Webcam Viewsurf à La Ciotat (83) - Dimanche 21 février 2016

 

 

Au profit d'un très bon ensoleillement et d'un net redoux de la masse d'air, les températures ont littéralement explosées dimanche après-midi sur la moitié sud de la France. Le thermomètre a parfois dépassé la barre des 20°C, et approché celle des 25°C dans l'intérieur du Var.

 

Voici une liste (non exhaustive) de températures maximales relevées dimanche 21 février :

 

  • Cogolin (83) : 24.9°C
  • Bormes-les-Mimosas (83) : 24.5°C
  • Cuers (83) : 24.1°C
  • Le Luc (83) : 23.3°C
  • Digne les Bains (04) : 22.6°C (554 mètres)
  • Uzès (30) : 22.5°C
  • Carpentras (84) : 22.3°C
  • Nîmes - Courbessac (30) : 22.1°C
  • Salon de Provence (13) : 21.9°C
  • Saumont (34) : 21.6°C
  • Albi (81) : 21.3°C
  • Pézenas (34) : 21.1°C
  • Istres (13) et Saint-Étienne (42) : 20.9°C
  • Orange (84) : 20.7°C
  • Vichy (03) : 20.5°C
  • Carcassonne (11) : 20.4°C
  • Narbonne (11) : 20.3°C
  • Toulouse (31) : 19.7°C
  • Clermont-Ferrand (63) : 19.4°C
  • Dax (40) : 18.8°C
  • Mâcon (71) : 18.1°C

 

Sur la moitié nord, le mercure était beaucoup moins élevé en raison des nuages. On relevait généralement 10 à 13°C, ce qui est malgré tout supérieur à la normale de l'ordre de 2 à 4°C.

 

 

 Tempête Ulrika le 13 février 2016

Dans un contexte fortement perturbé, une dépression - nommée Ulrika - s'est initiée sur la France samedi 13 février 2016, tout en se creusant jusqu'à son arrivée au large des côtes bretonnes et du Cotentin (la pression est descendue vers 975 hPa). En arrivant dans les terres de la moitié nord, ladite dépression s'est peu à peu comblée.

C'est dans sa partie sud que les vents ont été les plus violents, à savoir la Bretagnele Centre-Ouest, puis le Centre dans une moindre mesure.

 

Voici une liste (non exhaustive) de rafales observées samedi 13 février 2016 :

 

  • 148 km/h à l'Ile de Groix (56)
  • 146 km/h à Camaret-sur-Mer (29)
  • 144 km/h à la Pointe du Raz (29)
  • 142 km/h à la Pointe de Penmarc'h (29)
  • 131 km/h au Cap Corse (2B)
  • 127 km/h à Ouessant (29)
  • 126 km/h à l'Ile Rousse (2B)
  • 123 km/h à Plovan (29)
  • 122 km/h à Belle Île (56)
  • 118 km/h à l'Ile d'Yeu (85)
  • 117 km/h à Vannes (56)
  • 115 km/h à Poitiers (86) & Brignogan (29)
  • 112 km/h à Bressuire (79)
  • 111 km/h à la pointe de Chassiron (17) & Rochefort (17)
  • 108 km/h à Niort (79) & Saint-Nazaire (44)
  • 105 km/h à Lorient (56)
  • 100 km/h à Montmorillon (86)
  • 98 km/h à Châteauroux (36)
  • 96 km/h à Tours (37)

 

Dans le même temps, une grande douceur s'imposait sur le Roussillon dans l'après-midi de samedi. On a relevé jusqu'à 22.2°C à Perpignan (66), 20.7°C à Leucate (11), 19.8°C à Béziers (34), 19.5°C à Narbonne (11), 18.9°C à Montpellier (34), 18.4°C à Vias (34).

La douceur s'est également imposée dans le Sud-Ouest où l'on relevait entre 14 et 18°C, alors qu'il n'a pas fait plus de 4°C à Boulogne (62) et Lille (59).

 

 

Prévision de la dépression Ulrika 24 heures avant son passage, modélisée par le modèle 12z GFS de Météo-Contact

 

Dépression Ulrika - modélisée par le modèle 12z GFS de Météo-Contact - qui traversera le nord de la France ce samedi.

 

 

Phénomène venteux localisé mais intense à Romans dans les Deux-Sèvres

 

Le contexte très instable a permis le développement de fortes averses localement orageuses sur le Nord-Ouest et le Centre-Ouest. Ce fut le cas dans la matinée de samedi dans les Deux-Sèvres (79), à Romans où de puissantes rafales de vent ont été observées, faisant de nombreux dégâts sur les maisons et des chutes d'arbres.

 

Un habitant de Romans décrit : "j'ai vu un mur noir d'eau arriver, comme une vague, on n'y voyait pas à travers. Et puis, la toiture de la maison d'en face s'est envolée..."

 

Selon les enquêtes de terrain réalisées par des passionnés de météo, il ne s'agirait pas d'une tornade mais d'une rafale descendante (microrafale). Ce genre de phénomène est capable d'engendrer des rafales de vent dépassant les 150 km/h, ce qui explique les dégâts observés...

 

Phénomène venteux à Romans (79) le samedi 13 février 2016  Phénomène venteux à Romans (79) le samedi 13 février 2016

Crédits photos : Didier Darrigrand

 

 


 

 

Mois de mars

 

 Pic de douceur samedi 26 mars 2016

A la faveur d'un flux de sud véhiculé par un système dépressionnaire présent au sud de l'Islande et d'un bon ensoleillement, les températures ont nettement grimpé samedi 26 mars sur la France, plus particulièrement dans le Sud où le thermomètre a dépassé les 20°C (voire localement 25°C).

 

Températures maximales observées le 26 mars 2016

 

Voici une liste de températures maximales observées le samedi 26 mars 2016 : 

 

  • 25.3°C à la Pointe de Socoa (64)
  • 25.1°C à Dax (40)
  • 24.7°C à Orthez (64)
  • 24.2°C à Pau (64)
  • 24.1°C à Biarritz (64)
  • 23.5°C à Biscarrosse (40)
  • 23.3°C à Bordeaux (33)
  • 23.1°C à Agen (47)
  • 22.8°C à Auch (32)
  • 22.5°C à Tarbes (65)
  • 22.3°C à Carpentras (84) & Albi (81)
  • 21.9°C à Bergerac (24)
  • 21.8°C à Montauban (82)
  • 21.5°C à Uzès (30)
  • 21.3°C à Clermont-Ferrand (63)
  • 21.1°C à Vichy (03)
  • 20.8°C à Cognac (16)
  • 20.2°C à Royan (17)

 

Dans le même temps, une perturbation active est arrivée par la Bretagne, apportant nuages et pluies. On relevait aux alentours de 9°C à Brest vers 15 heures en raison de l'arrivée d'air plus frais par l'océan. Sur le reste de la moitié nord, on a relevé 13 à 18°C en général...

 

 

 Tempête Jeanne le 27 et 28 mars 2016 au nord de la France

Comme prévu, les vents ont soufflé en tempête entre dimanche soir (27 mars) et lundi matin (28 mars). Les rafales les plus fortes ont été observées sur les caps exposés de la Manche.

 

Voici une liste de rafales de vent observées entre la soirée du dimanche 27 mars et lundi 28 mars matin :

 

  • 152 km/h sur la Pointe du Raz (29)
  • 150 km/h à Camaret-sur-Mer (29)
  • 141 km/h au Cap de la Hève (76)
  • 128 km/h à Ouessant (29)
  • 127 km/h à l'Ile-de-Groix (56)
  • 126 km/h à la Pointe de la Hague (50)
  • 124 km/h à Brignogan (29)
  • 114 km/h à Boulogne-sur-Mer (62)
  • 112 km/h à Lorient (56)
  • 110 km/h à Brest (29)
  • 107 km/h à Laval (53) et Caen (14)
  • 106 km/h à Cherbourg (50)
  • 102 km/h à Calais (62)

 

Vue de satellite (Eumetsat), la dépression Jeanne (Katie pour les anglais) responsable des vents violents sur le nord de la France.

Vue de satellite (Eumetsat), la dépression Jeanne (Katie pour les anglais) responsable des vents violents sur le nord de la France.

 

 Coup de chaud dans le Sud-Est jeudi 31 mars

Alors qu'on relevait pas plus de 5 à 8°C entre le Bordelais et les Ardennes au meilleure de la journée en raison de la pluie, de l'air chaud a concerné une partie de l'Est et surtout du Sud-Est où l'on relevait plus de 20°C. C'est sur l'ouest de la Corse qu'il a fait le plus chaud, avec pas moins de 28°C à Ajaccio

 

Températures maximales observées le 31 mars 2016

 

 

Voici une liste de températures maximales observées le jeudi 31 mars 2016 : 

 

  • 28.0°C à Ajaccio (2A)
  • 27.9°C à l'Ile Rousse (2B)
  • 26.1°C à Calvi (2B)
  • 25.6°C à Grenoble (38)
  • 24.9°C à Carpentras (84)
  • 23.3°C à Orange (84)
  • 23.0°C à Avignon (84)
  • 22.9°C à Uzès (30) et Valence (26)
  • 22.6°C à Istres (13) et Montélimar (26)
  • 22.5°C à Tarascon (13)
  • 22.4°C à Nîmes - Courbessac (30)
  • 21.8°C à Arles (13)
  • 21.1°C à Lyon (69)
  • 20.4°C à Corte (2B)
  • 20.0°C à Ambérieu (01)

 

 


 

 

Mois d'avril

 

 Pic de douceur sur le pays dimanche 3 avril

A la faveur d'un flux de sud et d'un ensoleillement correct sur la France dimanche 3 avril 2016, nos thermomètres ont nettement grimpé pour atteindre et même dépasser la barre des 20°C au nord, y compris jusqu'en bord de mer comme à Dieppe (76) où la température maximale s'est envolée jusqu'à 20.4°C.

Cette douceur certes remarquable n'est pas exceptionnelle pour la saison. Prenons une nouvelle fois l'exemple de Dieppe, 20.4°C est "seulement" un record journalier. Le 2 avril 2001, on relevait pas moins de 22.5°C, le 1er avril 198522.2°C, ou encore 21.7°C le 1er avril 1999...

 

Températures maximales observées le 3 avril 2016

 

Voici une liste de températures maximales observées le dimanche 3 avril 2016 : 

 

  • 22.3°C à Romorantin (41)
  • 21.9°C à Dax (40)
  • 21.8°C à Chateaudun (28)
  • 21.6°C à Montauban (82)
  • 21.5°C à Paris (75) et Chartres (27)
  • 21.2°C à Bourges (18)
  • 21.0°C à Vichy (03)
  • 20.9°C à Châteauroux (36)
  • 20.8°C à Agen (47)
  • 20.6°C à Orléans (45) et Clermont-Ferrand (63)
  • 20.4°C à Dieppe (76) et Bergerac (24)
  • 20.2°C à Nevers (58)
  • 20.1°C à Lille (59) et Rouen (76)
  • 20.0°C à Beauvais (60)

 

 

 Froid matinal sur une partie du pays vendredi 8 avril

Le coup de chaud observé dimanche dernier fut bien loin derrière nous ce vendredi 8 avril au petit matin. En effet, à la faveur d'un ciel bien dégagé sur une bande centrale de la France et d'une masse d'air relativement fraîche sur le pays, les températures ont nettement baissé pour devenir négatives. On a relevé au plus froid, vers -3°C localement dans le centre de la France.

 

Températures minimales observées le 8 avril 2016

 

Voici une liste de températures minimales observées le vendredi 8 avril 2016 : 

 

  • -3.1°C à Nevers (58)
  • -2.7°C à Romorantin (41)
  • -1.9°C à Niort (79) et Guéret (23)
  • -1.7°C à Vichy (03)
  • -1.6°C à Cernay (86)
  • -1.4°C à Nancy (54)
  • -1.0°C à Luxeuil (70)
  • -0.6°C à Épinal (88)
  • -0.5°C à Châteauroux (36) et Saint-Dizier (52)
  • -0.4°C à Saint-Étienne (42)
  • -0.2°C à Blois (41)
  • -0.1°C à Roanne (42)

 

 Nombreuses gelées sur la moitié nord lundi 18 avril

Vive était la fraîcheur pour ne pas dire le froid le lundi 18 avril 2016 au petit matin. Les températures minimales sont descendues jusqu'à -3°C localement dans le nord de la France. Ces valeurs certes bien basses pour une mi-avril ne représentent pas un caractère exceptionnel. Pour rappel, il peut geler jusqu'aux saints de glace (mi-mai).

 

Températures minimales observées le 18 avril 2016

 

Voici une liste de températures minimales observées le lundi 18 avril 2016 : 

 

  • -2.8°C à Romorantin (41)
  • -2.5°C à Beauvais (60)
  • -2.4°C à Charleville-Mézières (08)
  • -2.3°C à Lamballe (22)
  • -2.1°C à Alençon (61)
  • -1.7°C à Évreux (27)
  • -1.6°C à Cernay (86) et Pontoise (95)
  • -1.3°C à Guéret (23), Chartres (28) et Le Mans (72)
  • -1.1°C à Blois (41) et Creil (60)
  • -0.9°C à Saint-Quentin (02)
  • -0.8°C à Rouen (76) et Orléans (45)
  • -0.6°C à Rennes (35)
  • -0.2°C à Caen (14)
  • -0.1°C à Deauville (14)
  • 0.0°C à Poitiers (86) et Vannes (56)

 

 

 Sursaut hivernal observé les 24 et 25 avril

La douceur observée en milieu de semaine précédente n'aura guère durée. Un changement de temps assez net est intervenu le week-end du 23 et 24, permettant un rafraîchissement notable de la masse d'air sur notre pays. Résultat, les températures ont pris des allures quasi hivernales le dimanche matin et le lundi matin, avec de nombreuses gelées sur une partie nord de la France.

 

Une certaine fraîcheur s'est également imposée le dimanche après-midi. On a relevé seulement 7 à 9°C dans le Nord-Est, une dizaine de degrés sur les régions centrales, 12 à 16 degrés ailleurs. Il fallait aller sur la côte d'Azur et la Corse pour trouver davantage de douceur : 19.9°C à Nice (06), 21.8°C à Bastia (2B), 23.8°C à Cannes (06).

 

Températures minimales observées le 24 avril 2016  Températures minimales observées le 25 avril 2016

 

 

 Il a fait jusqu'à -4.2°C mercredi 27 avril au matin

Le froid déjà bien présent en début de semaine nous a une nouvelle fois fait une piqûre de rappel le mercredi 27 avril au petit matin. Les températures hivernales ont concernée les régions au nord d'une ligne Rochefort (17) - Annecy (74) où le thermomètre est descendu parfois bien en dessous de 0°C (hors littoral).

C'est dans le Centre qu'il a fait le plus froid avec par exemple -4.2°C à Romorantin (41), ce qui en fait une des gelées les plus fortes et des plus tardives de ces 40 dernières années. Le 30 avril 2006, il avait fait -3.1°C dans cette même ville.

 

Températures minimales observées le 27 avril 2016

 

 


 

 

Mois de mai 

 

 Il a fait jusqu'à 33.5°C samedi 21 mai 2016

Les premières chaleurs estivales se sont faites ressentir dans le Sud-Ouest du pays samedi 21 mai 2016. Tandis que l'ensemble du territoire côtoyait avec des températures souvent comprises entre 22 et 27°C, excepté sur les côtes bretonnes et le Cotentin ; la barre des 30°C fut atteinte pour la première fois cette année (à quelques exceptions près) sur une bonne partie du Sud-Ouest.

Le seuil des fortes chaleurs a ainsi été atteint à Mont-de-Marsan (40)Orthez et Aicirits (64) avec respectivement 33.5°C, 32.9°C et 32.5°C ou encore à Pau (64) et Dax (40) où il a fait jusqu'à 32.2°C et 32.1°C.

 

Températures maximales observées le 21 mai 2016

Températures maximales observées le samedi 21 mai 2016

 

 

 Intempéries en France fin mai

La dépression Elvira qui a causé de nombreux et violents orages en Allemagne au cours du week-end du 28-29 mai a également concerné une partie de la France fin mai, occasionnant fortes pluies et inondations entre le Centre et les Hauts-de-France. On a relevé ainsi plus de 100 mm à Orléans (45) entre dimanche matin et mardi matin, soit pas loin du double de la moyenne mensuelle (64.2 mm).

 

Cumuls de pluie observés entre le 30 mai 6h et le 31 mai 20h

Cumuls de pluie observés entre le 30 mai 6h et le 31 mai 20h

 

 

Voici quelques cumuls observés entre le 30 mai 6h et le 31 mai 20h :

  • Orléans (45) : 81.4 mm
  • Trappes (78) : 74.1 mm
  • Villacoublay (78) : 71.7 mm
  • Romorantin (41) : 61.8 mm
  • Paris (75) : 61.7 mm
  • Blois (41) : 59.3 mm
  • Bourges (18) : 57.5 mm
  • Creil (60) : 54.9 mm
  • Amiens (80) : 54.6 mm
  • Auxerre (89) : 53.9 mm
  • Troyes (10) : 53.5 mm

 

Sur des sols déjà saturés d'humidité, les nouvelles précipitations observées ont fait déborder les cours d'eau, notamment en région Hauts-de-France ou encore dans le département de l'Yonne (89). Le Loiret (45) a été également très impacté, nécessitant même une alerte rouge (4/4) pour le Loing amont - Ouanne. Est venu s'ajouter mercredi 1er juin le Loing aval (Seine-et-marne, 77) en ‪‎alerte‬ rouge. Ainsi Vigicrues évoquait une "crue exceptionnelle sur le bassin du Loing, rare à cette époque de l'année atteignant des niveaux comparables à ceux de la crue de janvier 1982 sur les parties amont."

 

Inondations à Bruay (62)  Inondations à Estaires (59)
Bruay (62)  - Marion Fiat Estaires (59) - Tony Haverland

 

 

 


 

 

Mois de juin 

 

 Coup de chaud les 22, 23 et 24 juin 2016

 

Températures maximales observées le 22 juin 2016  Températures maximales observées le 23 juin 2016  Températures maximales observées le 24 juin 2016

Cliquez sur les images pour les voir en grande taille

 

Malgré la difficile installation de l'été, la France a connu un véritable coup de chaud entre le 22 et 24 juin, la barre des 35°C a été dépassée par endroits et celle des 30°C parfois pour la première fois de l'année comme à Paris (32.5°C le 23 juin).

 

 

 Orages parfois forts les 22, 23 et 24 juin 2016z

Après la chaleur, les orages... Dès le mercredi 22, des orages parfois marqués ont concerné le nord de la Loire. Ils ont ensuite concerné le Centre-Est le vendredi 24.

 

 

‪‎Orage‬ de ‪grêle‬ à ‪‎Golancourt‬ dans l'‪‎Oise‬ jeudi 23 juin

 

Vidéo impressionnante de l'orage qui a touché Saint-Quentin (02) jeudi 23 juin

 

Tornade‬ aperçu dans le Cantal (15) au pied du Puy Mary (vendredi 24)

 

 


 

 

Mois de juillet 

 

 Fortes chaleurs dans le Sud-Est entre le 6 et 11 juillet 2016

Un épisode de fortes chaleurs de plusieurs jours a concerné le sud-est de la France entre le 6 et 11 juillet, avec un pic de chaleur les 9, 10 et 11 juillet. On relevait localement 37 à 38°C. A noter que ces températures quasi caniculaires ont gagné temporairement une grande moitié sud le dimanche 10 juillet.

 

Températures maximales observées le 9 juillet 2016  Températures maximales observées le 10 juillet 2016  Températures maximales observées le 11 juillet 2016

Cliquez sur les images pour les voir en grande taille

 

 

 Fortes chaleurs les 18, 19 et 20 juillet 2016

Lundi 18 juillet, c'est l'Ouest qui a vu ses thermomètres grimper sérieusement avec jusqu'à 39.3°C à Biscarrosse (40) ou encore 39.0°C au Cap Ferret (33).

Mardi 19 juillet, les fortes chaleurs se sont généralisées à une bonne partie du pays. On a relevé jusqu'à 40.3°C à Belin-Béliet (33) et à Mont-de-Marsan (40), ou encore 39.2°C à Dax (40).

 

Températures maximales observées sur la période du 18 au 20 juillet 2016

Cliquez sur la carte pour la voir en grande taille

 

 

Mardi 19 juillet, de nombreux records de chaleur ont été battus sur l'ouest de la France dont : 

  • Niort (79) : 38.3°C (ancien record mensuel : 38.1°C le 22/07/1990)
  • Ploumanach (22) : 36.2°C (ancien record mensuel : 33.2°C le 01/07/1952, absolu : 35.6°C le 29/08/1961)
  • Saint-Brieuc (22) : 35.5°C (ancien record mensuel : 32.2°C le 22/07/1996)

 

De même, les minimales ont parfois été douces sur ces régions avec quelques records : 

  • Pointe de Socoa (64) : 25.1°C (ancien record mensuel et absolu : 25.0°C le 03/07/1957)
  • Dinard (35) : 20.7°C (ancien record mensuel : 20.5°C le 01/07/1968)

 

Si cet épisode caniculaire est remarquable, on ne peut pas pour autant parler de canicule car certains seuils (températures minimales et maximales) doivent être franchis au moins trois jours d'affilée, ce qui n'est pas le cas en ce mois de juillet.

 

Températures maximales observées le 18 juillet 2016  Températures maximales observées le 19 juillet 2016

Températures maximales les 18 et 19/07 | Cliquez sur les images pour les voir en grande taille

 

 


 

Mois d'août 

 

 Vague de chaleur tardive remarquable entre le 23 et 27 août 2016

Du mardi 23 août au samedi 27 août, la France a connu une vague de chaleur remarquable, notamment en raison de son caractère tardif mais aussi par son étendue et son intensité. De nombreux records décadaires ont d'ailleurs été battus.

On doit cette situation (de blocage) à la présence d'un anticyclone sur l'Europe et à une masse d'air très chaud (parfois plus de 20°C à 850 hPa (1 460 mètres)).

 

Températures maximales observées le 23 août 2016  Températures maximales observées le 24 août 2016

Températures maximales les 23 et 24/08 2016 | Cliquez sur les images pour les voir en grande taille

 

 

Dès le mardi 23 août, les fortes chaleurs ont concerné le pays. On relevait pas moins de 39.1°C à Belin-Béliet (33), 38.1°C à Dax (40) , 37.7°C à Mont-de-Marsan (40), 36.6°C à Bordeaux (33), 35.0°C à Blois (41)... Les premiers records décadaires ont été battus à Nantes, Rennes, Cholet, Saintes, La-Roche-sur-Yon, Limoges, Saint-Brieuc, Cherbourg, Pontivy.

 

 

Mercredi 24 août, la chaleur s'est encore intensifiée et de nombreux records de chaleur décadaires ont été battus, notamment en région Centre dont : 

  • Blois (41) : 37.9°C (ancien record décadaire : 35.0°C le 23/08/2016)
  • Romorantin (41) : 37.5°C (ancien record décadaire : 36.6°C le 29/08/1961)
  • Angers (49) : 37.4°C (ancien record décadaire : 36.7°C le 29/08/1961)
  • Le Mans (72) : 37.4°C (ancien record décadaire : 36.6°C le 29/08/1961)
  • Chartres (28) : 37.1°C (ancien record décadaire : 35.1°C le 29/08/1961)
  • Évreux (27) : 37.0°C (ancien record décadaire : 35.6°C le 29/08/1961)
  • Orléans (45) : 37.0°C (ancien record décadaire : 35.7°C le 29/08/1961)
  • Tours (37) : 36.9°C (ancien record décadaire : 35.3°C le 28/08/2001)
  • Paris (75) : 36.6°C (ancien record décadaire : 36.4°C le 22/08/1918)
  • Creil (60) : 36.3°C (ancien record décadaire : 34.4°C le 24/08/1997)
  • Guéret (23) 36.3°C (ancien record décadaire : 35.9°C le 25/08/2000)
  • Rouen (76) : 35.9°C (ancien record décadaire : 34.7°C le 26/08/1964)
  • Trappes (77) : 35.2°C (ancien record décadaire : 33.8°C le 29/08/1961)
  • Abbeville (80) : 35.0°C (ancien record décadaire : 33.4°C le 25/08/2001)

 

D'autres records décadaires ont été battus comme à Lille, Cambrai, Le Touquet... Dans le même temps, on relevait pas moins de 36.0°C à Poitiers (86), 35.9°C à Albi (81), 35.8°C à Montauban (82), 35.3°C à Dax (40), ou encore 35.2°C à Montélimar (26) alors qu'il faisait seulement 18.8°C à Brest (29).

 

 

Jeudi 25 août, la vague de chaleur a continué de gagner du terrain vers l'Est. On a une nouvelle fois observé des records décadaires dont : 

  • Nevers (58) : 37.2°C (ancien record décadaire : 36.0°C le 25/08/1999)
  • Melun (77) : 36.7°C (ancien record décadaire : 36.0°C le 26/08/1964)
  • Creil (60) : 36.6°C (ancien record décadaire : 36.3°C le 24/08/2016)
  • Amiens (80) : 36.1°C (ancien record décadaire : 35.2°C le 24/08/2016)
  • Lille (59) : 35.3°C (ancien record décadaire : 34.4°C le 24/08/2016)
  • Cambrai (59) : 34.8°C (ancien record décadaire : 34.3°C le 24/08/2016)
  • Saint-Quentin (02) : 34.2°C (ancien record décadaire : 33.4°C le 24/08/2016)
  • Charleville-Mézières (08) : 33.0°C (ancien record décadaire : 32.2°C le 26/08/2001)

 

Autres valeurs remarquables observées pour une fin août : 35.9°C à Mont-de-Marsan (40), 35.7°C à Bergerac (24), 35.5°C à Biarritz (64), 35.0°C à Bordeaux (33), 34.8°C à Laval (53), 34.6°C à La-Roche-sur-Yon (85), 33.9°C à Rochefort (17), 32.4°C à Abbeville (80).

 

Températures maximales observées le 25 août 2016 Températures maximales observées le 26 août 2016

Températures maximales les 25 et 26/08 2016 | Cliquez sur les images pour les voir en grande taille

 

 

Vendredi 26 août, les températures ont conservé des niveaux très élevés. De nouveaux records décadaires ont été battus, essentiellement dans le Nord-Est dont : 

  • Troyes (10) : 37.0°C (ancien record décadaire : 36.5°C le 25/08/1999)
  • Metz (57) : 36.9°C (ancien record décadaire : 35.2°C le 21/08/1943)
  • Saint-Dizier (52) : 36.7°C (ancien record décadaire : 35.2°C le 30/08/2015)
  • Strasbourg (67) : 36.0°C (ancien record décadaire : 35.9°C le 23/08/1944)
  • Nancy (54) : 36.0°C (ancien record décadaire : 35.3°C le 30/08/2015)
  • Reims (51) : 35.7°C (ancien record décadaire : 35.0°C le 28/08/1930)
  • Colmar (68) : 35.7°C (ancien record décadaire : 35.6°C le 30/08/2015)
  • Épinal (88) : 34.8°C (ancien record décadaire : 34.5°C le 22/08/2011)
  • Charleville-Mézières (08) : 34.8°C (ancien record décadaire : 33.0°C le 25/08/2016)

 

 

Samedi 27 août, le mercure a de nouveau grimpé de quelques degrés selon les régions. Les valeurs ont une nouvelle fois dépassée la barre des 35°C avec par exemple 38.2°C à Belin-Béliet (33), 37.6°C à Dax (40), 37.4°C à Bordeaux (33), 37.1°C à Orthez (64), 36.7°C à Vichy (03) et à Saint-Dizier (52), 36.6°C à Metz (57), 36.2°C à Clermont-Ferrand (63),  36.0°C à Auch (32),  35.9°C à Auxerre (89) et à Mulhouse (68), 35.7°C à Carpentras (84), 35.6°C à Biarritz (64) et à Colmar (68), 35.0°C à Agen (47), 34.9°C à Strasbourg (67).

 

Records décadaires :

  • Saint-Dizier (52) : 36.7°C (ancien record décadaire : 36.7°C le 26/08/2016)
  • Charleville-Mézières (08) : 35.3°C (ancien record décadaire : 34.8°C le 26/08/2016)

 

Températures maximales observées le 27 août 2016

Températures maximales le 27/08 2016 | Cliquez sur l'image pour la voir en grande taille

 

 

Températures observées le 23 août 2016 en France Températures observées le 24 août 2016 en France Températures observées le 25 août 2016 en France

Températures observées le 26 août 2016 en France Températures observées le 27 août 2016 en France

 

Températures observées les 23, 24, 25, 26 et 27 août 2016 | Cliquez sur les images pour les voir en grande taille

 

 


 

Mois de septembre 

 

 Fortes chaleurs dans le Sud-Est début septembre

Après avoir connu une vague de chaleur remarquable et tardive entre le 23 et le 27 août 2016, la France a continué d'être influencée par une masse d'air chaud au début du mois de septembre même si c'est essentiellement le sud du pays qui a connu les plus fortes températures.

 

Températures maximales observées le 1er septembre 2016  Températures maximales observées le 2 septembre 2016

Températures maximales les 1er et 2 septembre 2016 | Cliquez sur les images pour les voir en grande taille

 

 

Le Sud-Est et plus particulièrement la Méditerranée est concernée par des températures parfois exceptionnelles pour un début septembre avec des valeurs dépassant localement la barre des 35°C...

 

Jeudi 1er septembre, la chaleur s'est fortement amplifiée dans le Sud-Est et de nombreux records de chaleur mensuels ont été battus dont : 

  • Nîmes-Courbessac (30) : 35.4°C (ancien record mensuel : 35.4°C le 03/09/2006)
  • Avignon (84) : 34.9°C (ancien record mensuel : 34.2°C le 04/09/2006)
  • Istres (13) : 34.8°C (ancien record mensuel : 34.2°C le 04/09/2004)
  • Salon-de-Provence (13) : 34.5°C (ancien record mensuel : 33.5°C le 04/09/2004)
  • Leucate (11) : 34.0°C (ancien record mensuel : 31.5°C le 02/09/2014)
  • Arles (13) : 33.8°C (record mensuel)
  • Béziers (34) : 33.5°C (ancien record mensuel : 32.7°C en 1999)

 

On a également relevé jusqu'à 34.7°C à Perpignan (66), 34.5°C à Carpentras (84), 34.2°C à Orange (84), 33.6°C à Alès (30), 33.4°C à Le Luc (83), 32.8°C à Carcassonne (11) ou encore 31.9°C à Montpellier (34).

 

Vendredi 2 septembre, les températures sont restées élevées et Nîmes-Courbessac (30) a battu son record mensuel de la veille avec 35.8°C ! On a relevé également 35.2°C à Carcassonne (11), 34.7°C à Carpentras (84) et Avignon (84), 34.6°C à Istres (13), 34.4°C à Orange (84), 34.2°C à Perpignan (66) et Salon-de-Provence (13). Il a fait aussi très chaud dans le Sud-Ouest : jusqu'à 34.2°C à Mont-de-Marsan (40), 33.4°C à Toulouse-Francazal (31), 33.1°C à Agen (47), 32.8°C à Bergerac (24), 32.6°C à Dax (40). Par ailleurs, Sète (34) a battu son record de température minimale avec 24.3°C (ancien record : 24.0°C le 07/09/1929)

 

Samedi 3 septembre, les fortes chaleurs ont persisté et de nombreux records de chaleur mensuels ont été battus dont : 

  • Nîmes-Courbessac (30) : 36.2°C (ancien record mensuel : 35.8°C le 02/09/2016)
  • Avignon (84) : 35.5°C (ancien record mensuel : 34.9°C le 01/09/2016)
  • Carpentras (84) : 35.2°C (ancien record mensuel : 34.9°C le 01/09/2016)
  • Istres (13) : 34.9°C (ancien record mensuel : 34.8°C le 01/09/2016)
  • Salon-de-Provence (13) : 34.8°C (ancien record mensuel : 34.5°C le 01/09/2016)
  • Béziers (34) : 34.7°C (ancien record mensuel : 33.5°C en 01/09/2016)

 

Dans le même temps, il a fait jusqu'à 36.2°C à Pézenas (34), 35.7°C à Uzès (30), 35.4°C à Narbonne (11), 35.1°C à Carcassonne (11), 34.4°C à Perpignan (66). Chaleur également dans le Sud-Ouest : 34.6°C à Belin-Béliet (33), 33.4°C à Auch (32), Montauban (82) et Dax (40), 32.6°C à Albi (81).

 

Températures maximales observées le 3 septembre 2016 Températures maximales observées le 4 septembre 2016

Températures maximales les 3 et 4 septembre 2016 | Cliquez sur les images pour les voir en grande taille

 

Dimanche 4 septembre, pas de changement notable, les températures sont restées très élevées dans le Sud, de nouveaux records de chaleur mensuels ont été battus dont : 

  • Nîmes-Courbessac (30) : 36.2°C (ancien record mensuel : 36.2°C le 03/09/2016)
  • Carpentras (84) : 36.0°C (ancien record mensuel : 35.2°C le 03/09/2016)
  • Orange (84) : 35.8°C (ancien record mensuel : 35.7°C le 03/09/2005)

 

Autres températures observées dimanche 4 septembre dans le sud de la France : 35.4°C à Avignon (84) et Le Luc (83), 34.8°C à Istres (13), 34.7°C à Salon-de-Provence (13), 34.5°C à Carcassonne (11) et Aix-en-Provence (13), 33.8°C à Draguignan (83) et Saint-Auban (04), 33.6°C à Béziers (34), 33.5°C à Montélimar (26), 33.4°C à Arles (13).

 

Lundi 5 septembre, les très fortes chaleurs ont surtout concerné le Var, de nouveaux records de chaleur mensuels ont été battus dont : 

  • Le Luc (83) : 36.7°C (ancien record mensuel : 36.1°C le 04/09/2004)
  • Hyères (83) : 36.5°C (ancien record mensuel : 32.9°C le 08/09/2011)
  • Toulon (83) : 34.9°C (ancien record mensuel : 34.7°C le 03/09/1987)

 

A noter également plusieurs records de températures minimales :

  • Perpignan (66) : 24.8°C (ancien record mensuel : 24.1°C le 14/09/1956)
  • Cap Cépet (83) : 24.4°C (ancien record mensuel : 22.8°C le 06/09/2004)
  • Hyères (83) : 24.0°C (ancien record mensuel : 23.6°C le 04/09/2008)
  • Laval (53) : 19.7°C (ancien record mensuel : 17.9°C le 09/09/2011)

 

 

 Pic de chaleur exceptionnel les 12 et 13 septembre

Après un mois d'août chaud, la France a de nouveau renoué avec un temps très estival en première quinzaine, ce fut le cas en Méditerranée début septembre où des records ont été battus. Un pic de chaleur exceptionnel plus généralisé a été observé les 12 et 13 avec là aussi de nombreux records battus.

 

Températures maximales observées le 12 septembre 2016  Températures maximales observées le 13 septembre 2016

Températures maximales les 12 et 13/09 2016 | Cliquez sur les images pour les voir en grande taille

 

 

Lundi 12 septembre, les fortes chaleurs se sont installées par le Sud-Ouest et des records de chaleur mensuels ont été battus dont : 

  • Dax (40) : 38.0°C (ancien record mensuel : 37.6°C le 07/09/2016)
  • Pointe de Socoa (64) : 38.0°C (ancien record mensuel : 36.2°C le 02/09/1962)
  • Mont-de-Marsan (40) : 37.1°C (ancien record mensuel : 36.7°C le 02/09/1962)
  • Saint-Yan (71) : 34.2°C (ancien record mensuel : 33.7°C le 03/09/1962)
  • Guéret (23) : 33.2°C (ancien record mensuel : 32.6°C le 05/09/2013)

 

Dans le même temps, on relevait 37.4°C à Orthez (64) et Belin-Béliet (33), 37.1°C à Biarritz (64), 36.1°C à Bordeaux (33), 35.7°C à Pau (64), 35.6°C à Bergerac (24), 34.9°C à Biscarrosse (40) et Vichy (03), 34.7°C à Auch (32), 34.6°C à Tarbes (65), 33.5°C à Poitiers (86).

 

 

Mardi 13 septembre, le pic de chaleur s'est étendu à bon nombre de régions. On a une nouvelle fois observé des records dont : 

  • Guéret (23) : 33.5°C (ancien record mensuel : 33.2°C le 12/09/2016)
  • Rouen (76) : 33.0°C (ancien record mensuel : 31.3°C le 05/09/2013)
  • Dieppe (76) : 32.7°C (ancien record mensuel : 32.4°C le 05/09/1949)
  • Évreux (27) : 32.6°C (ancien record mensuel : 32.4°C le 05/09/2013)
  • Épinal (88) : 32.5°C (ancien record mensuel : 30.4°C le 05/09/2013)
  • Roissy (95) : 32.5°C (ancien record mensuel : 32.1°C le 05/09/2013)
  • Charleville-Mézières (08) : 31.9°C (ancien record mensuel : 30.7°C le 05/09/2013)
  • Boulogne-sur-Mer (62) : 31.5°C (ancien record mensuel : 30.8°C le 04/09/1949)

 

Autres températures exceptionnelles pour un mois de septembre : 35.2°C à Châteauroux (36), 34.7°C à Romorantin (41), 34.6°C à Carpentras (84), 34.5°C à Vichy (03), 34.1°C à Bergerac (24), 33.9°C au Mans (72), 33.5°C à Tours (37), 33.1°C à Clermont-Ferrand (63), 33.0°C à Mont-de-Marsan (40).

 

 

 Stéphanie : une dépression pas comme les autres

Stéphanie, c'est le doux nom donné à la dépression qui était présente dans le golfe de Gascogne jeudi 15 septembre 2016. Si la présence de dépressions sur le proche Atlantique est habituelle, les caractéristiques météorologiques de la dépression Stéphanie le sont beaucoup moins...

 

Modélisation arome : dépression stéphanie   Dépression Stéphanie vue de satellite le 15/09/2016

Dépression Stéphanie modélisée par le modèle arome | Source : Infoclimat

 

Dépression Stéphanie vue de satellite le 15/09 | Source : Infoclimat MODIS

 

Initialement, c'était une dépression tout à fait classique de nos latitudes. Sa structure était asymétrique, les vents soufflaient au sud du centre dépressionnaire et son coeur surtout était froid. Mais à compter du mercredi, son coeur s'est réchauffé dans les basses couches. Mais au lieu de se combler, Stéphanie s'est intensifiée en se creusant et en développant un gradient de pression élevé autour du centre. Dans l'idéal, la masse d'air froide surplombant le coeur chaud entraîne une convection qui tend à devenir uniforme et le système dépressionnaire développe une structure symétrique, s'apparentant à un cyclone, que ce soit dans l'aspect visuel que dans la répartition des vents et des pluies.

Toutefois, le développement de Stéphanie n'a pas atteint la dernière phase si ce n'est qu'elle a bien possèdé un coeur chaud. La convection s'est tout de même bien enclenchée sur tous les flancs.

La présence de l'air froid en altitude différencie ce type de dépression avec une véritable dépression tropicale. Là où cette dernière a besoin de l'humidité puisée de l'océan, Stéphanie a tiré son énergie de l'interaction entre les deux masses d'air superposées, de température différente, pour entretenir la convection. Ce dernier point ne correspond pas à un système tropical. De plus, la zone convective est généralement plus réduite pour une dépression subtropicale.

De ce fait, le temps associé à une dépression de cette catégorie se ramène à des pluies orageuses et des vents forts, y compris le vent moyen.

Il s'agit donc d'une dépression hybride croisant des caractéristiques d'une dépression des latitudes tempérées et celle des cyclones tropicaux. C'est un événement météorologique inhabituel pour ne pas dire inédit dans cette zone, car il est bien plus courant de l'observer sur le bassin méditerranéen. Sur ce dernier, elles possèdent des dénominations diverses telles que "medicane", T.M.S. (Tropical Mediterranean Storm) ou encore T.L.C. (Tropical-Like Storm). Mais sur le golfe de Gascogne, une dépression (hybride) évoluant avec des caractéristiques subtropicales semble être sans précédent.

 

 


 

Mois d'octobre 

 

 Épisode méditerranéen du 12 au 14 octobre

Un épisode fortement pluvieux et parfois orageux et venteux s'est mis en place dans la nuit du mercredi 12 au jeudi 13 octobre sur le Languedoc. Il a ensuite affecté le Var puis la Corse, et n'a évacué le pays en direction de l'Italie que le vendredi 14 octobre.

 

Gros dégâts suite au passage des orages sur la Corse

Gros dégâts suite au passage des orages sur la Corse, ici à Ajaccio (2A) (source : Corse-Matin)

 

Les premières pluies sont remontées de Catalogne le soir du 12 octobre mais avec une dominante pluvieuse. Elles ont affecté les régions entre la côte du Roussillon et les Cévennes héraultaises et gardoises avec des cumuls plus élevés sur la Montagne Noire atteignant 80 mm. Cependant quelques orages ont pu éclater dans la masse comme près de Narbonne par exemple. 

En cours de matinée du 13 octobre et jusqu'en milieu de journée, la remontée pluvieuse s'est essoufflée un peu, mais a perduré autour de l'Hérault avec l'apparition de quelques structures convectives augmentant localement les cumuls de pluie mais sans être vigoureuses. Ce n'est que dans la soirée que la véritable dégradation s'est mis en place avec des pluies orageuses parfois fortes entre le Cap Béar et les Cévennes. De plus, de fortes rafales de vent d'est ont touché les côtes varoises et languedociennes avec sur le littoral des valeurs souvent comprises entre 90 et 130 km/h. La mer était démontée avec des creux parfois de plus de 8 mètres.

A partir de la seconde partie de nuit, l'axe orageux s'est décalé rapidement vers le Var avec des orages parfois forts mais brefs. Il s'est ensuite renforcé nettement en atteignant la Corse à la mi-journée qu'il balaie rapidement sous la forme d'un QLCS très venteux. Des rafales autour de 150 km/h ont pu être relevées à Corbara (2B), à Calvi (2B) ou près d'Ajaccio (2A) à la pointe de la Parata. Dans cette dernière ville, un chapiteau s'est effondré sur une plage faisant 28 blessés dont 2 graves. Quelques chutes de grêlons de plus de 4 centimètres ont été également signalées.

 

Hydrogramme de la Mosson à Saint-Jean-de-Védas le 14 octobre 2016

Hydrogramme de la Mosson à Saint-Jean-de-Védas (34) durant l'épisode (source : MEEM)

 

 

Au final, les cumuls ont pu grimper au-delà des 300 mm, approchant  400 mm près des Cévennes héraultaises. C'est surtout les cours d'eau secondaires qui ont pu réagir comme la Mosson près de Montpellier (34) qui a subi une crue exceptionnelle. Des inondations ont parfois atteint les villages comme à Mèze (34) mais sans faire de victime.

 

 

Cumuls précipitations épisode méditerranéen du 12 au 14 octobre 2016

Cumuls de l'épisode (cliquer pour agrandir)

 

 


 

Mois de novembre 

 

 Tempête Nannette les 19 et 20 novembre

Une puissante dépression nommée Nannette a touché une partie nord de la France entre le samedi 19 au soir dont l'influence a persisté jusqu'au dimanche midi. La pression en son coeur est descendue aux alentours de 967 hPa.

 

Tempête Nannette

Rafales maximales observées les 19 et 20 novembre 2016

 

 

La tempête Nannette a assez durement touché le Nord-Ouest avec des rafales qui ont atteint voire dépassé les 150 km/h notamment entre le Finistère (29), la Manche (50) et le Pas-de-Calais (62).

Entre la Bretagne et la Normandie plus de 70 000 foyers étaient privés d'électricité (33 000 en Normandie dont 18 000 pour le département de la Manche et un peu plus de 15 000 en Bretagne).

 

 

Voici les rafales les plus fortes observées :

  • 170 km/h à Gatteville (50)
  • 165 km/h à Camaret-sur-Mer (29)
  • 163 km/h au Cap Gris Nez (62)
  • 155 km/h à Boulogne sur mer (62)
  • 151 km/h à la pointe du Raz (29)
  • 143 km/h au Cap de la Hague (50)
  • 139 km/h au Cap de la Hève (76)
  • 138 km/h à Plougonvelin (29)
  • 136 km/h à la Vigi du Homet (50)
  • 136 km/h à Brignogan (29)
  • 134 km/h à Ouessant (29)
  • 131 km/h à l'Ile de Groix (56)
  • 122 km/h à Calais (59)
  • 117 km/h au Havre (76)
  • 113 km/h à Caen (14)

 

 

 Intempéries dans le Sud du 21/10 au 25/10

Dès la soirée du 20 novembre, de fortes pluies rarement orageuses se sont installées sur les Cévennes. Le matin du 22, des orages sont remontés du Golfe du Lion et sont venus se bloquer sur les reliefs gardois et ardéchois. En parallèle, on a également observé des pluies intenses sur le Var et les Alpes-Maritimes.

De manière généralisée, le reste de la journée et le lendemain ont été calmes dans le quart Sud-Est. Le front froid responsable de la dégradation s'est décalé dans le Sud-Ouest et a apporté également de bonnes pluies sur le Pays basque et les reliefs pyrénéens. On y a relevé généralement de 70 à 120 mm, localement plus de 200 mm sur les hauteurs.

En soirée du 23, la situation s'est dégradée à nouveau. Un QLCS (Quasi-Linear Convective System) s'est constitué entre les Pyrénées-Orientales et la vallée du Tarn. Il est remonté ensuite jusqu'au sud du Massif Central, la vallée du Rhône et la Provence. Des chutes de grêle de petite dimension ont été observées sous la ligne ainsi que des rafales de 90 à 120 km/h de manière peu régulière entre le Languedoc, le Lot et le Tarn-et-Garonne ainsi que dans le Var. En parallèle, une virulente ligne orageuse stationnaire a affecté l'est de la Corse et a perduré jusqu'à la mi-journée du 24.

C'est sous cette dernière que les intensités pluvieuses ont été les plus fortes. On y a observé parfois plus de 200 mm mais les estimations montent au-delà des 400 mm. Les conséquences ont été parfois désastreuses avec de nombreuses inondations éclairs des fleuves côtiers jusque dans les zones urbaines.

 

Cumuls de précipitations entre le dimanche 20 novembre 12h et le vendredi 25 novembre 12h

 

 


 

Mois de décembre 

 

 Temps agité dans le Sud-Est les 19 et 20 décembre

Une dépression en Méditerranée Occidentale a apporté un temps perturbé entre la Corse et la Provence les 19 et 20 décembre 2016. Celui-ci s'est traduit par des vents forts ainsi que des pluies abondantes en Corse.

 

Inondation au stade de Ghisonaccia le 20 décembre 2016

Inondation au stade de Ghisonaccia le 20 décembre 2016 (source : Stéphane Gamant)

 

 

Le 19 décembre, une dépression est remontée d'Algérie et est venue se positionner jusqu'au lendemain entre les Baléares et la Sardaigne. Elle a piloté un front qui a durablement ondulé aux abords de la Corse. Les pluies d'abord rarement orageuses ont copieusement affecté la façade orientale et les reliefs de l'île jusqu'en matinée du 20. Par la suite, le front a progressé vers le nord et des grains orageux ont pris le relais sur la même zone avec des cumuls parfois élevés très localement sur des petites durées. Ce n'est que dans la nuit du 20 au 21 que les précipitations, bien qu'encore un peu persistantes, ont cessé d'être préoccupantes.

Les cumuls ont régulièrement dépassé 200 mm sur la moitié est de la Corse, avec des pointes dépassant parfois 300 voire 400 mm sur la durée de l'épisode. Les inondations ont été moins intenses que pour l'épisode du 24 novembre mais ont concerné une zone plus large. Des crues significatives ont été constatées autour de la plupart des cours d'eau coulant vers l'Est mais parfois également vers l'Ouest.

 

Cumuls de précipitations entre le 19/12 08h et le 21/12 00h

 

En parallèle, les isobares étaient resserrées autour du golfe de Gênes avec la proximité de la dépression et d'un anticyclone en Europe Centrale. Par conséquent, le vent de secteur Est a soufflé fort sur les littoraux de la Côte d'Azur, notamment sur les îles d'Hyères, et également sur ceux de la Corse. On a relevé parfois plus de 140 km/h sur les caps exposés.

 

Vent violent les 19 et 20 décembre 2016 dans le Sud-Est

 

Twitter Facebook