Événements climatiques : année 1999


 

  • Les tempêtes meutrières de 1999

Les tempêtes de 1999 auront été accompagnées des vents les plus virulents jamais enregistrés. En effet ce n'est pas seulement une dépression qui a frappé notre pays, mais deux systèmes très puissants. Le phénomène venteux s'est étalé sur plusieurs jours (de la nuit du 25 au 26 décembre 1999 à la nuit du 27 au 28 décembre 1999). La première tempête fût classée en ouragan "Lothar" et aura surtout concerné le nord du pays, avec une zone très ventée et où les vents dépassaient allègrement les 150 km/h de Brest à Strasbourg. La seconde tempête fût nommée "l'ouragan Martin", celle-ci avait surtout concerné une bonne partie sud du pays en provoquant pratiquement autant de dégâts. Ces 2 tempêtes successives ont été la cause de 92 morts, et entre 9 et 15 milliards de dommages financiers. 

 

La dépression "Lothar"

Lothar aura sans doute été la tempête la plus étendue des deux. En effet, cet ouragan a pratiquement concerné toute la moitié nord du pays. De plus, des deux dépressions, c'est celle qui a été la plus profonde avec un centre à 960 hPa circulant de la Normandie aux Ardennes. Cette tempête aura rallié Brest à Bordeaux en moins de 10h, nous pouvons donc en déduire qu'elle se déplaçait à plus de 100 km/h, ce qui est remarquable et notable.

 

 

Rafales de vent enregistrées dans la nuit du 25 au 26 décembre 1999

Crédit photo : Météo-France

 

Une bande allant de Brest à Strasbourg

Les vents générés par l'ouragan "Lothar" n'ont jamais été enregistrés auparavant en France (du moins depuis le début des archives météo, c'est-à-dire 1950). Le courant jet situé à 300 hPa (9000 mètres d'altitude) connait des vents à plus de 400 km/h. Cette dépression fût très active en concordance avec un courant de jet extrêmement puissant, et des vents dévastateurs à moins de 10m. Nous pouvons voir sur cette carte récapitulative, la violence des vents avec des rafales dépassant souvent les 150 km/h, et atteignant même les 216 km/h en haut de la Tour Eiffel à Paris au maximum puisque son anémomètre fût ensuite bloqué avant de s'envoler sous les plus fortes rafales. Cependant, les valeurs étaient toutes aussi impressionnantes ailleurs bien qu'étant moins fortes, cela n'enlève en rien leur caractère exceptionnel pour notre pays. Selon les données de Météo-France à l'époque, nous relevons 126 km/h à Dijon et Rennes, 140 km/h à Rouen, 144 km/h à Strasbourg ainsi qu'à Chartres, 165 km/h à Colmar, 173 km/h à Orly et jusqu'à 198 km/h au Cap Ferret. 

 

La dépression "Martin"

La France vient d'être anéantie par Lothar que déjà après une petite journée de répit, une autre tempête classée très vite en "ouragan" frappe le pays. Cette dépression est un peu moins creusée mais suit la même trajectoire que la précédente, avec un centre de 965 hpa. Bien heureusement, ces vents les plus virulents éviteront la zone qui avait déjà été touchée la veille. Bien qu'elle soit moins étendue, cette tempête ravagera une grande partie sud du pays. Des mesures sont effectuées par un ballon sonde de météo à 8km d'altitude, les vents atteignent les 530 km/h à hauteur du jet stream ce qui est du jamais mesuré en France. 

 

Rafales de vent enregistrées dans la nuit du 27 au 28 décembre 1999

Crédit photo : Météo-France

 

 

Après le nord, au tour du sud du pays... 

Les relevés de Météo-France à l'époque nous indique une fois de plus la violence des vents mesurés, des pointes ont été enregistrées en Charente-Maritime avec 198 km/h à l'ïle d'Oléron ainsi que dans le sud-est de la Corse où les 200 km/h ont été dépassés. Ailleurs, nous avons relevé selon Météo-France, 137 km/h à Pau et Tarbes, 144 km/h à Bordeaux, 159 km/h à Clermont-Ferrand, 173 km/h au Cap Ferret. Sa trajectoire a été la suivante : Nantes vers 19 h, puis Romorantin vers 22 h, Dijon vers 1 h du matin le mardi 28, Alsace vers 4 h du matin. La dépression s'est ensuite évacuée vers l'est le mardi 28 décembre en laissant de très nombreuses plaies dans notre pays.

Pour finir, voici une dernière illustration cartographique qui nous montre les dégâts occasionnés sur notre pays à l'échelle forestière suite aux deux tempêtes. 

 

Impact des deux tempêtes de 1999 à l'échelle forestière

 

 

Twitter Facebook