« Partageons ensemble le temps de demain »

Tendance saisonnière hiver 2017-2018 : que nous dit la stratosphère ?


 

La variabilité hivernale de nos régimes de temps en Europe peut être rythmée par plusieurs types de forçages. Parmi ces derniers, un phénomène découvert en 1952 sous le nom de réchauffement stratosphérique soudain (Stratospheric Sudden Warming ou SSW en anglais) a attisé la curiosité de nombreux chercheurs, ces 20 dernières années, qui ont exploré les impacts que peuvent occasionner ces événements stratosphériques dans la circulation atmosphérique globale. La stratosphère est une couche de l’atmosphère surplombant la troposphère. Celle-ci est située entre 10 et 50 km d’altitude.

 

Coupe de l’atmosphère

Coupe de l’atmosphère - Credit : Randy Russell, UCAR

 

 

Pendant la période hivernale, les SSW s’accompagnent généralement de changements brutaux dans la circulation atmosphérique, que ce soit dans la stratosphère ou au-dessus de l’Europe. Ceux-ci peuvent être qualifiés de majeurs, dans le cas où ces phénomènes sont suffisamment puissants pour désorganiser ou renverser le vortex polaire, une vaste zone dépressionnaire qui occupe la stratosphère, au niveau des régions arctiques. Dans le cas contraire, ce sont des SSW mineurs.

 

Au-dessus de l’Europe, le phénomène se traduit assez souvent par des effets, toutefois ambivalents selon le type de SSW. Si le SSW est significatif, il est en capacité de préconditionner un régime d’anticyclones septentrionaux (au-dessus de la Scandinavie, de la Mer du Nord, de l’Atlantique Nord ou du Groenland). Tendanciellement, ce cas de figure est favorable au déferlement de conditions froides venues des régions subarctiques. Au contraire, si le SSW est faible, ou s’il se dissipe trop vite, le réchauffement stratosphérique sollicite l’émergence d’un régime de dépressions atlantiques. Au sein de cette configuration, la probabilité de survenue de conditions froides, voire neigeuses sur la France est plus faible que dans le cas précédent.

 

 

D’après les modèles numériques, un SSW relativement précoce pour la saison va survenir ces prochains jours. Son paroxysme serait atteint aux alentours du 10 décembre dans la moyenne stratosphère, à environ 30 km d’altitude. Bien que l’amplitude thermique de ce réchauffement stratosphérique restera plutôt faible (voir le graphique ci-dessous), les bouleversements en termes de dynamique atmosphérique ne seraient pas négligeables.

 

Courbe d'anomalies des températures à environ 23 km d'alt (réanalyses + projections du modèle GEOS)

Courbe d'anomalies des températures à environ 23 km d'alt (réanalyses + projections du modèle GEOS)

 

Du fait de la faiblesse de l’événement et de l’accentuation relative de la puissance du vortex polaire sur la seconde décade de décembre, les conditions dans la stratosphère ne seraient pas favorables au maintien d’un régime d’anticyclones septentrionaux, plus précisément au-dessus de l’Atlantique ou du Groenland. Si d’autres forçages ne viennent pas atténuer ces effets, il est possible que le régime d’anticyclones nordiques cède le pas à un régime de dépressions atlantiques.

 

A CONSULTER AUSSI

Tendances à l'échelle de la France pour le trimestre à venir

 

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Dernière mise à jour le Jeudi 14 décembre 2017 à 19:58:21

À lire aussi...

On attend jusqu'à 35°C mardi

Mardi s'annonce comme la journée la plus chaude de la semaine avec des pointes à 35 degrés dans le Sud et 30 degrés dans le nord du pays...

Lire l'article

Hausse du mercure entre lundi et mercredi

Le temps frais et instable observé ces derniers jours va laisser place à une amélioration et à une hausse sensible des températures entre lundi et mercredi...

Lire l'article

Historique des mois de juin exceptionnels

Les mois de juin ne se ressemblent pas et sont parfois hors norme ! Petit tour d'horizon de 4 mois de juin particulièrement exceptionnels en France...

Lire l'article

Réchauffement climatique : et si les stratocumulus venaient à disparaître ?

Selon une étude récente publiée fin février, le réchauffement climatique pourrait faire disparaître les stratocumulus, des nuages situés à basse altitude...

Lire l'article
Écrire un commentaire :
Erreur ! Veuillez vous connecter pour laisser un commentaire.
Facebook Météo-Contact
Twitter Météo-Contact
Instagram Météo-Contact
Communiqué et Suivi de Phénomènes
Vos photos
Animation des précipitations en France