Météo-Contact
« Partageons ensemble le temps de demain »

Tendance saisonnière : automne et hiver 2020-2021


logo Article écrit par Anthony Grillon

La réactualisation des tendances saisonnières pour le trimestre à venir a eu lieu le 25 octobre et s'étale jusqu'à janvier avec une première tendance pour l'hiver à venir. Avant d’évoquer la prévision des prochains mois, il est nécessaire de faire une liste des outils que nous utilisons pour élaborer ces tendances qui sont les modèles numériques, les indices et les statistiques. Comme chaque année en début d'automne, nous proposons donc des prévisions détaillées qui se basent sur ces 3 principaux outils utilisés en commun pour estimer au mieux les anomalies de pression et de température sur l’Europe.

Pourquoi inclure ces 3 paramètres ? Les modèles numériques et les statistiques sont régulièrement utilisés pour les tendances saisonnières toute saison confondue. Seulement, les indices prennent leur importance en milieu d'automne jusqu’en mars généralement. En effet, ils sont efficaces lorsque les centres d’action commencent à bien se dessiner, il est donc plus facile d’identifier une situation météorologique de grande échelle (régimes de temps).

Parmi ces indices on retrouve des liens entre plusieurs paramètres comme la QBO (Oscillation Quasi Biennale) et l’activité solaire ou encore la PNA (Pacifique Nord-Américain) et l’ENSO (El Nino Southern Oscillation) par exemple.

 

 

Les modèles numériques 

 

Illustration des mailles d'un modèles numérique de très grande échelle

Illustration du maillage d'un modèle numérique de très grande échelle - proxy.eplanete.net

 

 

À ce jour nous utilisons 4 grands modèles numériques qui fournissent des tendances météo à très long terme (1 à 3 mois mais aussi jusqu’à 6 mois). Voici une liste des 4 modèles que nous utilisons actuellement.

 

 

CFS v2 (Seasonal Climate Forecasts) – modèle développé par l'agence météorologique américaine NOAA*.

CGCM (Coupled General Circulation Model) – modèle élaboré par l'agence japonaise JMA*.

MFS (Monthly Forecast System) – modèle développé par l'agence européenne ECMWF*.

IRI* probabilistic seasonal climate forecast – modèle américain développé avec la NOAA.

 

Ces modèles nous permettent de faire un rapprochement entre nos tendances expérimentales et les données qu’ils nous fournissent pour en déduire une anomalie plus ou moins proche de la réalité. Si la divergence est trop importante entre les modèles météorologiques et nos tendances, nous privilégions alors un scénario médian.

 

 

Les statistiques

 

Cet outil fait référence à la probabilité de récurrence d’anomalies sur l’Europe après une période de temps définie (un trimestre, un mois). Par exemple quelles conditions météorologiques peuvent avoir lieu en décembre après un automne doux et humide. Ces statistiques font aussi référence à des connexions entre plusieurs indices et leur répercussion dans le futur : cet hiver, l’activité solaire sera très faible et la QBO sera en hausse, durant l’hiver 1984-85 la configuration était similaire → comportement de l’ENSO à cette période ? + autres paramètres → Conclusion. Cette opération est ensuite répétée sur plusieurs années grâce aux archives à notre disposition (généralement entre 1950 et aujourd’hui). La partie indice est donc indispensable aux tendances saisonnières hivernales.

 

 

Les indices

 

Une panoplie d’indices est à notre disposition mais nous nous efforçons de traiter les plus importants d’entre eux donc ceux qui ont le plus d’impact sur l’Europe indirectement (ENSO, PNA (Pacific North America) ...) ou directement (SST , SAI (Snow Advance Index) …). Le couplage entre certains marqueurs est par ailleurs indispensable pour connaître les régimes de temps qui sont susceptibles de se produire.

 

On dénote deux grandes catégories d’indices pour la tendance saisonnière :

  1. Ceux qui vont nous permettre de dresser des prévisions au-delà de 2-3 mois comme la QBO, l’activité solaire, l’ENSO, la Niña, la PNA.
  2. Ceux qui ont une gamme de prévisibilité plus restreinte (prévision de 1 à 2 mois) comme les SST (Sea Surface Temperature), la SAI (Snow Advance Index)), la MJO (Madden-Julian Oscillation).

 

Une fois ces marqueurs mis en relations les uns avec les autres (pas n’importe lesquels !) des régimes de temps peuvent être identifiés et des anomalies en ressortent par la suite.

 

Distribution des régimes de temps sur l'Atlantique Nord et l''Europe

Distribution des régimes de temps sur l'Atlantique Nord et l'Europe. Anomalie positive de pression en rouge (anticyclonique) et anomalie négative de pression en bleu (dépressionnaire)- http://www.insu.cnrs.fr

 

 

Qu’en est-il de l’activité solaire ?

 

D’après certaines recherches, il semblerait que les hivers présentant une anomalie négative ou non significative se sont produits en grande majorité lors des minimums solaires. Actuellement, l’activité solaire est au plus bas et cette tendance va se poursuivre dans les années à venir avec le cycle solaire 25. Quant à l’influence de l’activité solaire sur l’hiver à venir, des doutes persistent notamment en lien avec l’influence du réchauffement climatique et ses bouleversements qu’il engendre. Difficile alors de se projeter dans une tendance en tenant compte des effets des changements climatiques. Finalement, même si l’activité solaire semble en accord avec le retour d’hivers plus froids, la machine climatique telle que nous la connaissons actuellement pourrait contredire ces hypothèses.

 


 

Quelle évolution probable dans les mois qui viennent en France ?

 

L'ensemble des indices et modèles météorologiques étudiés nous permettent d'envisager une probabilité importante de connaître un automne 2020 plus doux que la normale en France.

Le mois de septembre remarquable que nous avons connu confirme cette tendance avec une anomalie de +1.7 degré par rapport à la moyenne 1981-2010. Septembre 2020 fait partie des 10 mois de septembre les plus chauds depuis 1900. Par ailleurs, l'anomalie la plus forte de l'automne a de fortes chances d'être également observée ce mois. Ce mois d'octobre a été plus frais qu'initialement prévu avec deux premières décades largement sous les normes. Le mois de novembre devrait se rapprocher davantage des moyennes saisonnières. En moyenne, sur le trimestre septembre-octobre-novembre, l'anomalie thermique se situerait entre +0.3 degré et +0.7 degré..

Concernant les précipitations, le mois de septembre très sec a été suivi par un mois d'octobre plus perturbé. Novembre pourrait toutefois renouer avec des conditions moins humides. Au final, un léger déficit risque de perdurer sur le trimestre en raison de conditions anticycloniques présentes non loin de nos contrées.

 

Pour l'hiver 2020-2021, plusieurs indices sont à surveiller, notamment le phénomène la Niña qui se renforce dans le Pacifique et devrait atteindre son paroxysme en décembre. La QBO est également à suivre, cette dernière est prévue d'être positive jusqu'en fin d'année, ce qui serait favorable à l'installation d'un temps plutôt humide compte tenu d'une dynamique d'ouest marquée. La QBO pourrait toutefois basculer dans le négatif en fin de saison, ceci étant favorable à un temps plus hivernal.

En résumé, l'hiver à venir pourrait débuter avec des conditions météo perturbées et relativement douces, puis en cas d'indices favorables, se terminer sous une influence plus hivernale. En moyenne sur les trois mois de l'hiver (décembre-janvier-février), les températures sembleraient être plutôt au-dessus des normales saisonnières, voire proches des normales en cas de froid plus marqué en fin de période.

 

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous

Dernière mise à jour le Dimanche 25 octobre 2020 à 17:39:06

À lire aussi...

Quel temps pour le week-end de la Toussaint ?

Le mois d'octobre 2020 a été assez contrasté, avec une ambiance bien fraîche pendant la première quinzaine, avant une remontée des températures permettant de côtoyer les normales...

Lire l'article

Tendance saisonnière : automne et hiver 2020-2021

Quelles sont les tendances pour l'automne et l'hiver 2020-2021 ? Il est temps de découvrir les tendances saisonnières des mois à venir...

Lire l'article

Quels peuvent être les impacts planétaires du phénomène la Niña ?

La Niña est un phénomène climatique qui concerne en premier lieu l'Amérique du Sud. Cependant, il a des impacts non négligeables sur d'autres parties du globe...

Lire l'article

Les traînées des avions contribuent-elles au réchauffement climatique ?

Une nouvelle étude confirme à nouveau que les traînées des avions participent au réchauffement climatique. Quelques explications...

Lire l'article
Écrire un commentaire :
Erreur ! Veuillez vous connecter pour laisser un commentaire.
Facebook Météo-Contact
Twitter Météo-Contact
Instagram Météo-Contact
Communiqué et Suivi de Phénomènes
Animation des précipitations en France