Météo-Contact
« Partageons ensemble le temps de demain »

Températures records des océans en 2020


Écart de température des surfaces terrestres et des océans en 2020 par rapport à la moyenne 1981-2010 - NOAA

 

 

2020 : températures records pour les océans

 

Le rapport du GIEC (Groupe d’Experts Intergouvernemental sur l’Évolution du Climat) montre que les océans se réchauffent de manière continue depuis 1970. De même, la NOAA (National Oceanic and Atmospheric Administration) confirme ce qui a été observé, à savoir une absorption de chaleur bien plus élevée en 2020 qu’en 2019. Cette évolution est causée directement par l’augmentation du taux de CO2 dans l’atmosphère.

Les mesures sont considérées comme fiables depuis 1940, mais selon les chercheurs, il est fort probable que les océans soient actuellement à leur niveau de température le plus élevé depuis 1000 ans, et chauffent plus rapidement qu’au cours des 2000 dernières années !

Entre 1993 et 2018, la température à la surface des eaux augmente chaque année en moyenne de 0,014°C. Les années depuis 2015 apparaissent comme les plus chaudes jamais enregistrées.

Sur une tranche d’eau située entre la surface et 2000 m de profondeur, les températures moyennes des eaux n’avaient jamais été aussi élevées depuis 1955, évaluées à 3,5°C.

Sur les eaux comprises au-dessus de 200 m de profondeur, on atteint une température de 17,5°C en moyenne, puis elle décroît rapidement où on observe un mercure entre 0 et 3°C à -2000 m.

L’énergie thermique stockée dans l’océan permet de comprendre les évolutions futures du climat mondial. Elle contribue entre 30 et 40% à l’élévation du niveau de la mer, notamment à cause de la dilatation thermique de l’eau.

 

 

Le rôle des océans

 

Les océans amortissent le réchauffement climatique en emmagasinant environ 90% de la chaleur, ce qui signifie qu’ils sont un indicateur direct de ce réchauffement planétaire. Cette chaleur est amenée à être libérée de manière lente dans l’atmosphère même si les émissions de gaz à effet de serre cessent.

Des océans plus chauds ont directement un impact sur le temps sensible car il va notamment entraîner une évolution de l'humidité dans certaines parties du globe, pour se diriger vers un air saturé ou à l'inverse plus sec créant ainsi des extrêmes de plus en plus forts. Des épisodes de pluies diluviennes, des ouragans majeurs, ou à l’inverse de grandes sécheresses et des incendies incontrôlables pourraient être de plus en plus fréquents.

Les phénomènes météo extrêmes risquent donc d’être de plus en plus nombreux et intenses. 2020 en est un bon exemple, avec de nombreux records aux quatre coins du monde, et notamment lors de la saison cyclonique en Atlantique nord.

Le changement climatique va influer sur l’acidification des océans (notamment causée par l’absorption du CO2 présent dans l’air) et donc la diminution d’O2. De plus, la fonte des glaces déverse une quantité très importante d'eau douce dans les océans (principalement dans les pôles), établissant un véritable contraste entre des eaux chaudes plus salées qu'auparavant, et des eaux froides avec une salinité plus faible. Cela crée un déséquilibre et peut mettre en péril les écosystèmes.

 

La diminution temporaire des émissions de gaz à effet de serre due à la crise sanitaire mondiale ne permet pas pour autant une diminution des températures sur Terre, ou en tous cas d’un ralentissement du réchauffement climatique actuel.

Tout ce qui est lié à cette crise sanitaire n’aura pas d’impact notable sur ce changement global, car il s’inscrit dans la durée. La masse d’eau a un retard de réponse. Les scientifiques s’accordent donc à dire que quoiqu’il arrive sur une variation des gaz à effet de serre dans les prochaines décennies, le réchauffement global des océans devrait se poursuivre au moins jusqu’en 2100, avec une accélération de la montée des températures trois fois supérieure que celle entamée depuis 1960.

 

 damien   Article écrit par Damien Valette

 

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous

Dernière mise à jour le Dimanche 31 janvier 2021 à 17:52:39

À lire aussi...

Allergies au pollen : le sud en alerte rouge

Une quinzaine de départements est en alerte rouge au risques d'allergie au pollen. Point sur la situation...

Lire l'article

2021 : de nouvelles normales climatiques

En 2021, de nouvelles normes de saison de référence vont voir le jour en France, qui concerneront la période 1991-2020...

Lire l'article

Et si les stratocumulus venaient à disparaître ?

Si le réchauffement climatique s'accélère, les nuages de basse altitude comme le stratocumulus pourraient avoir des difficultés à se former...

Lire l'article

Climat en France : des prévisions alarmantes

Depuis des dizaines d'années, le climat est chamboulé par les émissions de gaz à effet de serre, d'origine anthropique. Qu'en sera t-il en 2100 ?

Lire l'article
Écrire un commentaire :
Erreur ! Veuillez vous connecter pour laisser un commentaire.