« Partageons ensemble le temps de demain »

Réchauffement stratosphérique majeur attendu ces prochains jours


 

D'ici la mi-février, la stratosphère, une couche de l'atmosphère située entre 10 et 50 km d'altitude, va connaître une hausse importante du champ de températures au-dessus de l'hémisphère nord.

Selon certaines projections numériques, la température moyenne au-dessus du 60e parallèle pourrait atteindre des valeurs inédites pour un mois de février, à environ 30 km d'altitude. La température pourrait même localement dépasser la barre des 30°c à environ 45 km d'altitude aux alentours du 15 février, au-dessus de l'Alaska.

 

Evolution de la température moyenne à environ 30 km d'altitude au-dessus du 60e parallèle de l'hémisphère nord (réanalyses et modélisations à 10 jours d'échéance)

Evolution de la température moyenne à environ 30 km d'altitude au-dessus du 60e parallèle de l'hémisphère nord (réanalyses et modélisations à 10 jours d'échéance)

 

 

Par ailleurs, ce réchauffement de la stratosphère serait également accompagné d'une scission du vortex polaire, c'est-à-dire de l'éclatement d'une vaste zone dépressionnaire unique en deux tourbillons cycloniques distincts.

La formation de cette brèche occasionnerait donc une désorganisation profonde ainsi qu'un affaiblissement de cette vaste zone dépressionnaire dans la stratosphère. Un tel phénomène ne s'est pas reproduit au cours de la saison hivernale depuis janvier 2013.

 

Scission du vortex polaire modélisée à une échéance de 5 jours par CEP, à environ 30 km d'altitude (champs de géopotentiel et températures)

Scission du vortex polaire modélisée à une échéance de 5 jours par CEP, à environ 30 km d'altitude (champs de géopotentiel et températures)

 

 

Cet affaiblissement du vortex polaire se propagerait vers la basse stratosphère et la troposphère et pourrait permettre un ralentissement du jet stream (vents d'ouest d'altitude circulant autour de la Terre, le long des latitudes tempérées), notamment au-dessus de l'océan atlantique et de l'Europe.

Une telle configuration serait favorable à la migration des hautes pressions vers les latitudes arctiques et subarctiques, permettant elles-mêmes de véhiculer des conditions froides en direction des latitudes tempérées. Ainsi, la France pourrait renouer de nouveau avec des conditions possiblement froides sur la seconde quinzaine du mois de février ainsi que sur le mois de mars...

 

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Dernière mise à jour le Mercredi 14 février 2018 à 08:56:30

À lire aussi...

Changement radical de temps cette semaine

Le temps quasi estival observé sur le pays et notamment au nord ces derniers jours va laisser place à un changement de temps radical, surtout à compter de mercredi...

Lire l'article

Week-end de Pâques : une météo très printanière

Le week-end de Pâques 2019 s'annonce dans l'ensemble très printanier mais plus instable en allant vers le Sud. C'est au nord qu'il fera le plus beau mais aussi le plus chaud...

Lire l'article

Réchauffement climatique : et si les stratocumulus venaient à disparaître ?

Selon une étude récente publiée fin février, le réchauffement climatique pourrait faire disparaître les stratocumulus, des nuages situés à basse altitude...

Lire l'article

Antarctique Ouest : Pourquoi la fonte du glacier Thwaites est-elle une menace ?

L'Antarctique ouest et plus particulièrement le glacier Thwaites sont sous haute surveillance par les scientifiques qui alertent des conséquences d'une fonte majeure...

Lire l'article
Écrire un commentaire :
Erreur ! Veuillez vous connecter pour laisser un commentaire.
Facebook Météo-Contact
Twitter Météo-Contact
Instagram Météo-Contact
Communiqué et Suivi de Phénomènes
Vos photos
Animation des précipitations en France