« Partageons ensemble le temps de demain »

Point sur l'enneigement dans l'hémisphère nord


 

L'hiver météorologique débute le 1er décembre, il est donc temps de faire un premier constat sur l'avancée de l'enneigement et des glaces au niveau de notre hémisphère. Globalement, les surfaces actuellement enneigées se situent dans la moyenne de référence de 1981-2010 (pour le mois de novembre), s'estimant à environ 34 millions de km², avec léger déficit du côté des États-Unis.

 

Enneigement en Europe et en Asie

Carte de l'enneigement en Europe et en Asie - www.natice.noaa.gov/ims/

 

 

L'enneigement reste toutefois moins important cette année en Russie contrairement à l'année dernière où la quasi-totalité du pays était recouvert de neige. En Europe le constat reste le même avec moins de neige sur les pays de l'Est cette année. Toutefois, ces fluctuations sont tout à fait classiques et s'expliquent par une circulation atmosphérique en constante évolution d'une année à l'autre. Notre bout de France se retrouve dépourvu en neige ce qui est normal à cette période. Rappelons que l'influence océanique ne permet pas à l'Europe de l'Ouest de bénéficier de conditions suffisamment hivernales pour permettre l'installation d'un manteau neigeux durable excepté sous certaines conditions (régime de blocage ou dorsale).

 

 

La banquise Arctique par contre peine à retrouver des valeurs conformes aux niveaux d'une fin novembre. En effet, celle-ci doit encore gagner près de 1 million de km² pour espérer rejoindre la moyenne de référence située à presque 12 millions de km². Par comparaison avec l'année précédente, où des records de faible embâcle jamais observés ont été relevés entre le 18 octobre et la fin de l'hiver 2017, les niveaux actuels sont plutôt encourageants. Au 28 novembre l'étendue des glaces Arctiques s'estime à 10.3 millions de km² contre 9.5 millions de km² en 2016 alors qu'en 2015 plus de 10.56 millions de km² de glaces recouvraient une grande partie de l'Arctique.

Arctic sea ice extent

Etendue des glaces Arctiques - National Snow and Ice Data Center

 

 

La tendance globale montre un enneigement stable mais qui augmente sensiblement d'années en années sur les continents de l'hémisphère nord tandis que les glaces arctiques tendent à diminuer drastiquement. Comment l'expliquer ? Pour faire simple, on pourrait faire une brève analogie avec un "frigo ouvert" pour représenter ces afflux de chaleur récurrents en direction du pôle nord tandis-que l'air froid s'évacue vers les basses latitudes comme c'est le cas actuellement.

 

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Dernière mise à jour le Mercredi 06 décembre 2017 à 11:31:34

À lire aussi...

Conditions printanières cette semaine

Les conditions perturbées que nous avons connu la semaine dernière vont laisser place au retour de l'anticyclone ces prochains jours avec à la clé de larges éclaircies...

Lire l'article

Antarctique Ouest : Pourquoi la fonte du glacier Thwaites est-elle une menace ?

L'Antarctique ouest et plus particulièrement le glacier Thwaites sont sous haute surveillance par les scientifiques qui alertent des conséquences d'une fonte majeure...

Lire l'article

Réchauffement climatique : et si les stratocumulus venaient à disparaître ?

Selon une étude récente publiée fin février, le réchauffement climatique pourrait faire disparaître les stratocumulus, des nuages situés à basse altitude...

Lire l'article

Février 2019 : douceur remarquable et ensoleillement record

Le mois de février 2019 s'est avéré exceptionnellement ensoleillé alors que les températures observées en deuxième quinzaine ont battu des records...

Lire l'article
Écrire un commentaire :
Erreur ! Veuillez vous connecter pour laisser un commentaire.
Facebook Météo-Contact
Twitter Météo-Contact
Instagram Météo-Contact
Communiqué et Suivi de Phénomènes
Vos photos
Animation des précipitations en France