« Partageons ensemble le temps de demain »

Point sur l'avancée des glaces en Arctique et en Antarctique


 

Depuis le début de l'hiver, la banquise arctique peine à se rapprocher des valeurs moyennes calculées sur la période 1981-2010. En effet, au 7 février 2018 ce sont près de 1,2 million km² de glaces qui manquent par rapport à la normale de référence. La même remarque peut être faite au pôle Sud car là aussi un déficit assez important tend à se dessiner avec un écart à la moyenne avoisinant les 1 million km². Nous verrons alors si ces écarts se réduiront au cours de l'embâcle qui débutera d'ici la fin février même si c'est assez mal engagé.

 

Evolution de la banquise Arctique en Janvier (1979-2018) par rapport à la moyenne

Evolution de la banquise arctique en janvier (1979-2018) par rapport à la moyenne - National Snow and Data Center - nsidc.org

 

 

Le facteur aggravant reste bien sûr l'impact du réchauffement climatique, qui est relativement plus opérant sur les hautes latitudes par comparaison avec les plus basses latitudes. Cela s'explique aussi de manière plus directe par des échanges méridiens importants notamment du côté de l'Amérique du Nord où de nombreuses advections douces en provenance des basses latitudes sont remontées en direction du pôle Nord tandis que le vortex polaire restait accroché entre le Groenland et le Canada (ce qui est encore le cas actuellement). Ces anomalies persistent encore aujourd'hui et sont favorisées par une anomalie anticyclonique tenace près de l'Alaska qui résulte des effets du phénomène La Nina toujours en cours dans le Pacifique.

 

La carte des anomalies de températures du mois de janvier 2018 dans l'hémisphère nord (ci-dessous) est assez édifiante et montre bien que la grande majorité des excédents thermiques sont regroupés sur le pôle. Les moyennes latitudes européennes ont aussi connu d'importantes anomalies de températures positives mais sur une zone plus restreinte toutefois.

 

 

Anomalie de température sur le pôle Nord en Janvier 2018

Anomalie de température sur le pôle Nord en janvier 2018 - nsidc.org - www.noaa.gov

 

 

En ce qui concerne l'Antarctique, l'étendue de la banquise (sans se préoccuper de l'inlandsis) a dernièrement connu une chute assez remarquable en lien avec une débâcle qui s'est accélérée depuis quelques années à cause de  l'augmentation des températures. Plusieurs détachements de pans de glaciers ont été aperçus durant l'hiver austral par images satellite ce qui confirme l'état inquiétant de la banquise Antarctique.

 

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Dernière mise à jour le Samedi 10 février 2018 à 11:22:57

À lire aussi...

Conditions printanières cette semaine

Les conditions perturbées que nous avons connu la semaine dernière vont laisser place au retour de l'anticyclone ces prochains jours avec à la clé de larges éclaircies...

Lire l'article

Antarctique Ouest : Pourquoi la fonte du glacier Thwaites est-elle une menace ?

L'Antarctique ouest et plus particulièrement le glacier Thwaites sont sous haute surveillance par les scientifiques qui alertent des conséquences d'une fonte majeure...

Lire l'article

Réchauffement climatique : et si les stratocumulus venaient à disparaître ?

Selon une étude récente publiée fin février, le réchauffement climatique pourrait faire disparaître les stratocumulus, des nuages situés à basse altitude...

Lire l'article

Février 2019 : douceur remarquable et ensoleillement record

Le mois de février 2019 s'est avéré exceptionnellement ensoleillé alors que les températures observées en deuxième quinzaine ont battu des records...

Lire l'article
Écrire un commentaire :
Erreur ! Veuillez vous connecter pour laisser un commentaire.
Facebook Météo-Contact
Twitter Météo-Contact
Instagram Météo-Contact
Communiqué et Suivi de Phénomènes
Vos photos
Animation des précipitations en France