« Partageons ensemble le temps de demain »

L'activité solaire en déclin


 

Nous vous parlions du cycle solaire 24, qui est actuellement dans sa phase descendante, dans notre dernier article consacré à El Niño. En effet, ce cycle solaire est considéré comme le moins intense enregistré depuis 1750 avec le plus faible nombre de taches solaires. Mais que se passe t-il ? Cela aura t-il des effets sur le climat planétaire ? Nous essayons donc, du mieux que nous pouvons, de répondre à ces deux questions dans cet article.

 

Cycles solaires 23 puis 24 - NOAA

Cycles solaires 23 puis 24 - NOAA

 

 

Tout d'abord, le 24 ième cycle solaire qui a débuté le 4 janvier 2008 pour atteindre son paroxysme en 2010 est maintenant en train de lentement décroître jusqu'à un minimum qui se situera autour de l'an 2020. Cette baisse d'activité se calcule par le décompte du nombre de taches observées à la surface du soleil. Pour simplifier, lorsque le nombre de taches à la surface de l'astre est élevé cela signifie que l'activité solaire est élevée et inversement. Entre 1645 et 1715, une longue période sans taches solaires quasiment fût observée. Ce minimum solaire particulier porte le nom, maintenant connu, de '' minimum de Maunder ''. Plus tard entre 1800 et 1825 un autre minimum assez long bien que moins important a aussi été observé, il s'agit du  '' minimum de Dalton ''. 

 

 

Evolution du nombre de tâches solaires par an

 

 

Des répercussions sur notre climat ? Il est difficile d'y répondre pour le moment mais si une période d'activité solaire faible ou nulle est observée pendant une période prolongée, celle-ci pourrait conduire à un refroidissement des températures sur Terre. Toutefois à l'heure actuelle le cycle 24 ne prend pas de telles dimensions même si les cycles ont tendance à se ''tasser'' de plus en plus depuis les années 1990. De plus, en raison de l'importante hausse des températures sur la planète, il se pourrait bien que finalement, si refroidissement il doit y avoir, il ne serait que mineur ou bien peu durable. En attendant, nous pourrions retrouver à partir des années 2019-2020, qui marqueront la fin du cycle 24, des saisons hivernales plus froides comme l'on en observe souvent entre la fin et le début d'un cycle solaire (hivers 2009-2010, 2010-2011 et 2012-2013 en Europe particulièrement froids et longs).
 

Récemment, l'Observatoire Dynamique du Soleil (SDO) a filmé 3 éruptions solaires qui se sont produites les 2 et 3 avril 2017. Ces observations nous montre bien que le stade de minimum solaire n'a pas encore été atteint. 

 

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Dernière mise à jour le Samedi 17 août 2019 à 15:09:39

À lire aussi...

Sécheresse préoccupante en France

Après une année 2018 plutôt sèche, 2019 n'échappe pas à la règle avec une sécheresse bien ancrée sur le pays depuis le début de l'été...

Lire l'article

Gulf Stream : mais que se passe-t-il ?

Le Gulf Stream ralentit. D'après les dernières études, le phénomène semble s'accélérer...

Lire l'article

Antarctique Ouest : Pourquoi la fonte du glacier Thwaites est-elle une menace ?

L'Antarctique ouest et plus particulièrement le glacier Thwaites sont sous haute surveillance par les scientifiques qui alertent des conséquences d'une fonte majeure...

Lire l'article

Réchauffement climatique : et si les stratocumulus venaient à disparaître ?

Selon une étude récente publiée fin février, le réchauffement climatique pourrait faire disparaître les stratocumulus, des nuages situés à basse altitude...

Lire l'article
Écrire un commentaire :
Erreur ! Veuillez vous connecter pour laisser un commentaire.
loicollivier   (03/05/2019 à 20:46)
< Entre 1645 et 1715, une longue période sans taches solaires quasiment fût observée. > Encore un pluriel bien singulier !
Facebook Météo-Contact
Twitter Météo-Contact
Instagram Météo-Contact
Communiqué et Suivi de Phénomènes
Vos photos
Animation des précipitations en France