« Partageons ensemble le temps de demain »

Hiver 2019-2020 : le plus doux depuis 1900 ?


 

hiver 2019-2020

 

L’hiver météorologique qui a lieu entre le 1er décembre et le 29 février va bientôt toucher à sa fin. Les premières conclusions notables sont tout d’abord la performance des modèles saisonniers qui avaient vu juste sur l’hiver actuel, c’est à dire un trimestre plus doux et plus humide que la moyenne de 1981-2010. La seconde est l’anomalie de températures excédentaire qui fait « chaud » dans le dos puisqu'elle devrait avoisiner +2.8 degrés sur l'intégralité de l'hiver à l’échelle nationale.

 

En effet, à l’échelle hémisphérique, le vortex polaire s’est très bien comporté tout au long de ces dernières semaines notamment du Québec à la Scandinavie apportant sur son sillage de nombreuses dépressions vers nos contrées ainsi des conditions météo régulièrement agitées. A cette date, on observe une moyenne de 20 épisodes venteux (comprenant coups de vent et tempêtes) avec des rafales supérieures à 80 km/h, principalement sur les régions proches de la Manche. Malgré les réchauffements mineurs en stratosphère, aucun impact n’a été observé en troposphère résultant d’un flux d’ouest dépressionnaire majoritaire. Certaines élévations de l’anticyclone des Açores ont permis à quelques descentes d’air froid courtes et rapides de plonger vers la France mais ces dernières ont été totalement minoritaires.

 

Dans un contexte où le flux de sud-ouest domine, les températures n’ont pas pu s’empêcher de grimper jusqu’à des valeurs inédites pour un hiver ! En effet, entre décembre et janvier, la barre des 15°C a été régulièrement dépassée sur une bonne partie de la France, notamment du Sud-Ouest au Centre-Est en passant par la Méditerranée. Le « pire » est ce mois de février où on observe des températures dignes d’un mois d’avril et de mai pour le Nord, et d’été pour le Sud. Un coup de chaud s’est immiscé le 2 et 3 février 2020 avec par exemple une température de l’ordre de 25.2°C à Pau (64), 26.1°C à Luc (83) et 27.8°C à Combo-les-Bains (64). Un second a eu lieu le dimanche 16 février où une valeur chaude de 28.3°C a été recensée à Oloron (64) : c’est une température digne d’un mois de juillet à Toulouse (référence 1981-2010)… Nous sommes en février !

 

Les projections futures des modèles saisonnières ne sont guère rassurantes avec un printemps météorologique qui pourrait être plus chaud et plus sec que la moyenne, bien que d’autres scénarios minoritaires envisagent un printemps plus humide mais tout aussi doux.

 

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous

Dernière mise à jour le Jeudi 27 février 2020 à 20:59:48

À lire aussi...

Conditions printanières ce week-end

Une dépression présente sur l'Atlantique va piloter des conditions anticycloniques et une masse d'air douce sur notre territoire ce week-end. Le printemps arrive...

Lire l'article

Les traînées des avions contribuent-elles au réchauffement climatique ?

Une nouvelle étude confirme à nouveau que les traînées des avions participent au réchauffement climatique. Quelques explications...

Lire l'article

Un hiver exceptionnellement doux en Europe

L'hiver 2019-2020 aura été marquant sur une grande partie de l'Europe dont la France avec une douceur exceptionnelle. Pourquoi une telle douceur ?

Lire l'article

Un début de printemps maussade

Ce début de printemps météorologique se poursuit dans la même continuité que l'hiver passé avec un temps perturbé et doux...

Lire l'article
Écrire un commentaire :
Erreur ! Veuillez vous connecter pour laisser un commentaire.
Facebook Météo-Contact
Twitter Météo-Contact
Instagram Météo-Contact
Communiqué et Suivi de Phénomènes
Animation des précipitations en France