Deux premières décades de juin plutôt estivales


Dans la continuité des mois précédents, le mois de juin 2015 est marqué par des températures bien souvent au-dessus des normes mensuelles, des précipitations réparties de façon hétérogène sur le territoire, ainsi qu'un ensoleillement bien élevé.

 

 

Les températures ont été chaudes pour la saison, notamment sur les deux tiers sud-est. Au 21 juin, l'écart à la normale mensuelle atteint déjà +3.2°C à Aix-en-Provence (13), +2.2°C à Ambérieu (01) et Lyon (69) et +2.1°C à Nevers (58). A l'opposé, un déficit est observé dans le nord-ouest avec par exemple -0.7°C à Cherbourg (50), -0.6°C à Rennes (35) et -0.5°C à Brest (29). Sur un panel de 58 villes, l'anomalie de température nationale ressort à +1,0°C.

 

De même, l'ensoleillement est globalement excédentaire, en moyenne de +17%. Si on se base sur les deux premières décades du mois, un déficit d'ensoleillement est seulement observé en Alsace ou sur l'extrême sud-ouest comme 83% de la durée d'ensoleillement atteint à Strasbourg (67) sur cette période ou 88% à Dax (40). Ailleurs, le soleil a été plus généreux, surtout entre les régions du centre en allant jusqu'au nord. On observe 154% à Paris (75) (déjà 103% de l'ensoleillement du mois), 153% à Charleville-Mézières (08) et 147% à Abbeville (80).

 

Quant aux précipitations, celles-ci n'ont touché particulièrement que quelques régions. A Paris (75), il n'est relevé au 21 juin que 0.8 mm soit 1.6% de la normale mensuelle. Orléans (45) avec 2.4 mm ne totalise que 5% de la normale. Ailleurs, seules les régions touchées par les orages dépassent la moyenne, à commencer par le pourtour méditerranéen. En effet, il y est parfois tombé plus de 3 fois la normale. A Aix-en-Provence (13), la lame d'eau habituelle pour le mois de 25 mm a été pulvérisée pour une anomalie de 363% tout comme à Marseille (13) avec 341%. Sur les régions du centre-ouest, ce fut également le cas mais dans une moindre mesure avec tout de même 198% atteint à Cognac (16) et 183% à Poitiers (86). En termes de cumul, c'est Saint-Etienne (42) qui a le cumul le plus élevé avec 135.1 mm.

 

La tendance chaude et sèche qui se profile pour la fin du mois devrait accentuer la sécheresse présente depuis quelques mois. De même, l'excédent en ensoleillement devrait s'accentuer et l'anomalie pour les températures pourrait augmenter davantage.

 

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook
Dernière mise à jour le Dimanche 05 juillet 2015 à 18:38:41

 
Ecrire un commentaire
Erreur ! Veuillez vous connecter pour laisser un commentaire.